L'Iran demande aux Etats-Unis de «faire le premier pas» en vue de la tenue de pourparlers

L'Iran demande aux Etats-Unis de «faire le premier pas» en vue de la tenue de pourparlers© Présidence iranienne Source: AFP
Hassan Rohani, le 27 août 2019, à Téhéran, en Iran (image d'illustration).

Alors qu'un rapprochement entre Téhéran et Washington a constitué un enjeu clé des discussions du G7, les dirigeants iraniens ont rappelé que des négociations n'étaient possibles qu'en échange de la levée des sanctions qui pèsent sur le pays.

Alors que Donald Trump avait laissé entrevoir, le 26 août à l’issue du sommet du G7 à Biarritz, la possibilité (moyennant un certain nombre de conditions), d’une rencontre avec son homologue iranien Hassan Rohani, ce dernier a tenu à clarifier sa position sur le sujet. Dans un discours prononcé ce 27 août, diffusé par la télévision publique, le président de la République islamique a rappelé que la première «étape» en vue d’une éventuelle rencontre restait «la fin des sanctions illégales, injustes et erronées contre la nation iranienne».

Selon lui, «la clé d’un changement positif» se trouve «entre les mains de Washington». Hassan Rohani s’est également montré rassurant sur la probabilité que l’Iran se dote de l’arme nucléaire, une éventualité contre laquelle se sont prononcés tous les pays du G7. «Si honnêtement c’est votre seule préoccupation, celle-ci a déjà été exclue» dans une fatwa émise par l’ayatollah Ali Khamenei, a-t-il appuyé lors de l’inauguration d’un projet immobilier à Téhéran. Il a par ailleurs demandé aux Etats-Unis de «faire le premier pas» et de «revenir aux engagements» pris par l’administration de Barack Obama dans le cadre de l’accord de Vienne signé en 2015, qui s'était traduit par un allègement des sanctions. Les Etats-Unis étaient sortis unilatéralement de cet accord en mai 2018 avant de durcir les sanctions économiques contre l’Iran.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères de la République islamique, Mohammad Javad Zarif, a fait savoir ce 27 août, lors de sa visite surprise à Biarritz, qu'aucune «réunion entre le président iranien et Trump ne pouvait être imaginée». Il a réclamé que les Américains «mettent en œuvre l’accord sur le nucléaire», avant de pouvoir envisager des «négociations bilatérales» avec les Etats-Unis. «Nous avons clairement indiqué que l'administration américaine et Trump avaient violé les accords conclus après de longs pourparlers entre les deux pays. La mise en œuvre des accords passés est désormais nécessaire et nous n'avons encore vu aucun signe considérable dans cette affaire du côté de l’administration américaine», a-t-il affirmé, d’après des propos retranscrits par l'agence de presse iranienne Fars News.

Une porte ouverte ?

Le 26 août, le président Hassan Rohani, dont les propos sont rapportés par Fars News, avait évoqué la possibilité d'«une opportunité de négociations et de détente diplomatique», précisant ouvrir «la voie à la résolution des problèmes». «Faites le premier pas», a martelé le président iranien ce 27 août, prévenant que «sans cette étape, le verrou ne [serait] pas débloqué».

Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis se sont encore amplifiées ces derniers mois suite à la stratégie de «pression maximale» décidée par Washington contre Téhéran. Plusieurs navires ont été la cible d'attaques ou de saisies et des drones ont été abattus au-dessus du détroit d'Ormuz

Donald Trump et Hassan Rohani devraient néanmoins se croiser à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies, prévue pour la fin septembre. Cette réunion internationale pourrait être l’occasion pour les deux dirigeants d’établir une feuille de route en vue d'hypothétiques pourparlers à l'avenir.

Alexis Le Meur

Lire aussi : Au côté de Trump, Macron révèle les dessous de la visite surprise de l'Iran au G7 de Biarritz

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»