Lavrov salue l'ouverture du dialogue avec Pompeo, malgré des points de divergence

Lavrov salue l'ouverture du dialogue avec Pompeo, malgré des points de divergence© Pavel Golovkin/Pool via REUTERS

A l'issue de leur entretien, les chefs de la diplomatie russe et américain s'expriment devant la presse, ce 14 mai, dans la ville russe de Sotchi. Ils ont notamment évoqué des sujets internationaux sensibles comme la Syrie, la Corée ou le Venezuela.

Sergueï Lavrov et Mike Pompeo s'expriment à l'occasion de la première visite officielle du chef de la diplomatie américaine en Russie. Le chef de la diplomatie russe a salué la discussion tenue à Sotchi (sud de la Russie) avec son homologue sur des sujets tels que la péninsule coréenne, la Syrie, le Venezuela ou l'Ukraine.

Accusations de collusion : de la «fiction»

Le ministre russe des Affaires étrangères a reconnu des relations «difficiles» entre les deux pays, évoquant notamment les sanctions américaines contre Moscou. Sergueï Lavrov a en outre qualifié de «fiction» les accusations d'ingérence russe dans les élections qui ont porté Donald Trump à la tête des Etats-Unis. «J'espère qu'après la récente publication du rapport Mueller [qui a permis de dissiper ces allégations] les passions vont se calmer et qu'il sera possible d'avancer pour mettre en place un dialogue professionnel entre nos pays».

Pour preuve de sa bonne foi, Sergueï Lavrov a fait savoir que la Russie réagirait positivement à une proposition de rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump.

Mike Pompeo a néanmoins fait plusieurs fois référence aux accusations d'ingérence envers Moscou, affirmant par exemple que Washington ne tolérerait pas d'ingérence dans le scrutin présidentiel de 2020.

Auteur: RT France

Venezuela : une ingérence américaine ?

Le secrétaire d'Etat américain a pour sa part salué lui aussi l'ouverture de ce dialogue, mais a toutefois fait état de «désaccords», notamment sur le Venezuela. Il a rappelé que Washington souhaitait que Nicolas Maduro quitte le pouvoir, avant d'assurer qu'il s'opposait à toute forme d'ingérence dans ce pays. Il a en outre dit espérer que Moscou cesserait de soutenir le président élu. 

Sergueï Lavrov a pour sa part énuméré diverses tentatives de renverser des gouvernements, menées par Washington en Irak ou en Libye, estimant que cela n'avait rien apporté de bon et que ce constat valait donc également pour le Venezuela.

Tensions au Moyen-Orient

La question de l'Iran s'est également invitée lors de la conférence de presse, alors que, en plein regain de tensions avec Téhéran, Washington a décidé d'envoyer un navire de guerre et une batterie de missiles Patriot dans le Golfe arabo-persique. 

Sergueï Lavrov a ainsi dit espérer que les rumeurs faisant état de l'envoi par Washington de troupes au Moyen-Orient étaient dénuées de fondement. Mike Pompeo a de son côté assuré que les Etats-Unis ne souhaitaient par la guerre avec l'Iran.

Quelques instants plus tôt, Donald Trump avait démenti tout projet d'envoyer 120 000 soldats dans cette région pour contrer l'Iran, une hypothèse évoquée la veille par le New York Times.

«Est-ce que je le ferais ? Absolument. Mais nous ne l'avons pas planifié. Espérons que nous n'ayons pas à le planifier. Si nous devions le faire, nous enverrions beaucoup plus d'hommes que ça», a lancé le président américain devant des journalistes à la Maison Blanche.

Auteur: RT France

Lire aussi : Lavrov à Pompeo : il est temps pour Washington et Moscou de se montrer constructifs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»