Londres craint qu'un conflit n'éclate «par accident» dans le Golfe arabo-persique

- Avec AFP

Londres craint qu'un conflit n'éclate «par accident» dans le Golfe arabo-persique© Mike Blake Source: Reuters
Le porte-avions américain «Theodore Roosevelt» quitte le port de San Diego en Californie pour rejoindre le golfe Persique, le 6 octobre 2017 (image d'illustration).

L'escalade des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran inquiète Londres. Le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt n'a pas exclu le risque d'un conflit «par accident» dans le Golfe arabo-persique où Washington renforce sa présence militaire.

La Grande-Bretagne n’a pas écarté le 13 mai le risque d’un conflit «par accident» dans le Golfe arabo-persiqueen raison du regain de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. «Nous sommes très inquiets du risque qu'un conflit se produise par accident en raison de l'escalade des tensions. Nous allons partager ces préoccupations avec nos partenaires européens et avec Mike Pompeo», a déclaré Jeremy Hunt à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à laquelle s'est invité le secrétaire d'Etat américain.

«Nous devons veiller à ne pas remettre l'Iran sur le chemin de la nucléarisation. Car si l'Iran devient une puissance nucléaire, ses voisins voudront probablement devenir des puissances nucléaires», a expliqué Jeremy Hunt. «C'est la région la plus instable du monde et ce serait un pas énorme dans la mauvaise direction», a averti le chef de la diplomatie britannique. «Je pense que ce dont nous avons besoin, c'est d'une période de calme, pour nous assurer que tout le monde comprenne ce que pense l'autre partie», a-t-il en outre insisté.

Les tensions entre les États-Unis et l'Iran ont redoublé depuis la semaine dernière. Téhéran a annoncé la suspension de certains de ses engagements au titre de l'accord, un an après que le président américain Donald Trump s'est retiré de l'accord et a imposé des sanctions à l'encontre de la République islamique.

Téhéran a adressé un ultimatum aux Européens, toujours attachés à cet accord, pour qu'ils sortent d'ici deux mois les secteurs pétrolier et bancaire iraniens de leur isolement provoqué par les sanctions américaines, faute de quoi la République islamique renoncera à d'autres restrictions imposées à son programme nucléaire. Les Européens ont rejeté cet ultimatum.

Washington accuse pour sa part Téhéran de planifier des attaques «imminentes» et a décidé d'envoyer un navire de guerre et une batterie de missiles Patriot dans le Golfe, où sont déjà présents un porte-avions et des bombardiers B-52.

Lire aussi : Washington menace de sanctions tous les pays qui continueront d'acheter du pétrole iranien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»