«Aucune preuve» d'ingérence de la Russie dans le rapport Mueller, selon le Kremlin

«Aucune preuve» d'ingérence de la Russie dans le rapport Mueller, selon le Kremlin© MANDEL NGAN Source: AFP
Le président américain a tweeté «Game over», après les conclusions du rapport Mueller qui le disculpe de toute collusion avec Moscou (image d'illustration).

Le rapport du procureur spécial américain, Robert Mueller, dont les conclusions ont été révélées le 18 avril, ne contient «aucune preuve» d'une ingérence russe dans l'élection américaine de 2016, a fait remarquer le Kremlin.

«De manière générale, le rapport ne contient toujours aucune preuve argumentée prouvant que la Russie serait intervenue dans le processus électoral aux Etats-Unis», a déclaré ce 19 avril aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, au lendemain de la publication du rapport Mueller. «Dès le début de cette enquête, nous avons dit que quoi que fassent les enquêteurs, ils ne trouveront aucune ingérence [...] car il n'y en a pas eu», a poursuivi Dmitri Peskov, soutenant que le rapport «confirm[ait]» cette analyse.

Le rapport Mueller soutient que «l'Etat russe s'est immiscé dans l'élection présidentielle de 2016 d'une façon systématique», dans un premier temps à travers une campagne sur les réseaux sociaux. Une accusation qui fait référence à l'inculpation de 13 Russes et trois entités russes pour ingérence dans les élections et le processus politique américains en février 2018. Tous les inculpés sont accusés de complot en vue de tromper les Etats-Unis, trois d'entre eux sont également suspectés de fraude bancaire et cinq autres de vol aggravé d'identité. Parmi les trois entités inculpées figurent l'Internet Research Agency, ONG basée en Russie et accusée dans certains médias d'être une «usine à trolls» sous contrôle du Kremlin, et deux autres entreprises.

Le rapport Mueller prend en outre comme vérité absolu que les mails du parti démocrate et d'un proche de Hillary Clinton qui ont été fournis à Wikileaks, sont issus d'un piratage réalisé par la Russie. Pourtant, les liens entre Moscou et WikiLeaks sont pour le moins hypothétiques. Aucune preuve tangible n'est à l'heure actuelle venue prouver leur existence. A l'origine de ces accusations, on retrouve les conclusions d'une enquête menée en 2016 par une entreprise privée embauchée par... le parti démocrate.

De son côté, s'il a toujours souhaité protéger ses sources, Julian Assange a toutefois laissé entendre lors d'une interview en août 2016 que Seth Rich – soutien de Bernie Sanders et membre du parti démocrate, qui a été assassiné – pouvait être cette fameuse source. Le Kremlin a pour sa part toujours démenti toute ingérence, mettant ces accusations sur le compte de luttes politiques internes à Washington.

Lire aussi : Pas d'ingérence russe selon le rapport Mueller : «Nous le disions depuis le début», déclare Poutine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»