Sri Lanka : après les attentats, une opération contre l'Etat islamique fait au moins 15 morts

- Avec AFP

Stringer Source: AFP
Le personnel de sécurité inspectant les articles saisis lors de la descente effectuée dans la ville de Kalmunai, dans l'est du pays, le 26 avril 2019. Quinze personnes, dont six enfants, ont trouvé la mort lors du raid des forces de sécurité sri-lankaises.

A la suite des attentats qui ont endeuillé le Sri Lanka le 21 avril, les autorités ont lancé l'assaut contre une maison de la ville de Kalmunai censée abriter des membres de l'EI. 15 personnes, dont six enfants, ont trouvé la mort dans le raid.

Au moins 15 personnes, dont six enfants, sont mortes dans la nuit du 26 au 27 avril, lors d'un assaut des forces de sécurité du Sri Lanka contre des djihadistes présumés, a indiqué la police. Alors que militaires et policiers essayaient d'entrer dans ce qui était selon leurs renseignements une cache de l'organisation Etat islamique (EI) à Kalmunai, dans l’est du pays, trois hommes se sont fait exploser, tuant trois femmes et six enfants. A ces morts s'ajoutent «trois autres hommes» trouvés morts en dehors de la maison, et soupçonnés d'avoir également été des kamikazes, a expliqué la police.

140 membres de l’EI au Sri Lanka, selon les autorités

L'assaut a donné lieu à plus d'une heure d'échanges de coups de feu, a indiqué un porte-parole de l'armée, Sumith Atapattu. Puis une perquisition a permis de découvrir les corps. La police et l'armée ont par ailleurs indiqué qu'un civil avait été victime de la fusillade. Les forces de l'ordre n'ont pas déploré de blessé. Le 26 avril, la police avait annoncé avoir saisi 150 bâtons de dynamite et un drapeau de l'EI lors d'une perquisition dans une ville voisine, Sammanthurai. C'est au même endroit qu'aurait été tournée la vidéo de revendication des attentats, selon les enquêteurs.

Ces attaques suicides, qui ont visé des églises et des hôtels de luxe, ont fait 253 morts. Le chef du groupe les ayant menées, Zahran Hashim, activement recherché depuis cinq jours, y avait en fait laissé la vie, ont annoncé les autorités sri-lankaises le 26 avril. «Nous avons maintenant des informations selon lesquelles il y a environ 140 personnes au Sri Lanka liées à l'Etat islamique, nous pouvons et allons toutes les éradiquer très vite», avait alors lancé le président Maithripala Sirisena.

Lire aussi : Daesh revendique les attentats du Sri Lanka : des «représailles à Christchurch» ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»