Les combats s'intensifient autour de Tripoli avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

- Avec AFP

Mahmud Turkie Source: AFP
Des combattants appartenant à un groupe armé de Misrata, fidèle au GNA libyen, préparant leurs munitions avant de se rendre sur la ligne de front, dans les environs de Tripoli, pour combattre les troupes du maréchal Haftar le 9 avril 2019.

Presqu'une semaine après le début de l'offensive du maréchal Haftar, les combats se poursuivent en Libye alors que le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir en urgence et à huis clos. De nombreux civils sont, eux, obligés de fuir.

Les combats s'intensifient entre les forces de Khalifa Haftar, qui avancent vers la capitale libyenne, et celles du gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli, à quelques heures d'une réunion ce 10 avril du Conseil de sécurité de l'ONU. L'Armée nationale libyenne (ANL) de l'homme fort de l'est du pays, le maréchal Haftar, qui mène depuis le 4 avril une offensive vers Tripoli, a affirmé avoir pris aux troupes loyalistes une caserne à une cinquantaine de km au sud de la capitale. «Après de violents affrontements autour de la caserne du 4e Bataillon à Aziziya [...], les forces armées ont pris le contrôle de la caserne», a indiqué le bureau média de l'ANL sur sa page Facebook. 

Plusieurs membres des forces pro-GNA auraient été appréhendés et leurs armes saisies, selon la même source. Les forces du maréchal Haftar semblent avancer sur deux axes : par le sud et le sud-est, tandis qu'à l'ouest, la route côtière est défendue avec force par les troupes loyalistes et à l'est par les combattants de la ville de Misrata, pro-GNA. A une trentaine de kilomètres au sud de la capitale, l'aéroport international de Tripoli, inutilisé depuis des combats en 2014, est aussi le théâtre de combats, selon des journalistes de l'AFP dans le secteur. Coupée à la circulation, la route n'est empruntée que par des véhicules militaires des forces du GNA et des ambulances de retour du front. Des tirs à l'arme lourde ont été entendus à une dizaine de kilomètres de l'aéroport, selon les journalistes de l'AFP.

De violents combats

Des combats font également rage à une dizaine de kilomètres au sud-est de Tripoli, des tirs à l'arme lourde ayant été entendus dans le secteur d'Aïn Zara. Des habitants ont fait état de barrages de sable érigés par les pro-GNA pour bloquer les principales artères et carrefours, empêchant les civils de quitter leurs foyers et de trouver refuge ailleurs. «Les affrontements se sont intensifiés. Nous avons peur de quitter la maison [...]. Ça tape fort!», a indiqué à l'AFP par téléphone une habitante. Selon un usager du groupe «SafePath» (Trajet sûr), créé en 2016 et qui compte 162 000 membres sur Facebook, de nombreuses familles ont emprunté à la levée du jour mercredi les sentiers au milieu des fermes pour sortir d'Aïn Zara.

Dans un pays plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, les organisations internationales craignent que les civils ne fassent une nouvelle fois les frais des violences. Quelque 3 400 personnes ont déjà été déplacées en raison des combats, selon l'ONU. Selon le dernier bilan du ministère de la santé du GNA arrêté le 7 avril, au moins 35 personnes ont été tuées depuis le début des combats. Les forces pro-Haftar font état de 14 morts parmi leurs combattants. Aucun nouveau bilan n’a été donné depuis de part et d’autre.

Ces combats compromettent le processus politique et le report, annoncé le 9 avril, de la Conférence nationale libyenne prévue du 14 au 16 avril à Ghadamès paraissait inéluctable. En préparation depuis plusieurs mois par l'ONU, elle devait permettre de dresser une «feuille de route» à même de sortir le pays du chaos. «Nous ne pouvons pas demander aux Libyens de participer à la Conférence, au moment où les canons tirent et des raids aériens sont menés», a déploré l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, dans un communiqué. Il expliquera sa décision devant le Conseil de sécurité de l'ONU, qui doit se réunir ce 10 avril d'urgence et à huis clos sur la Libye, ont annoncé la veille des diplomates à New York.

Soutenu par une autorité basée dans l'est du pays mais non reconnue internationalement, le maréchal Haftar espère étendre son emprise sur l'ouest de ce pays pétrolier, alors qu'il contrôle déjà l'est et – plus récemment – le sud. Or, en face, les forces loyales au GNA de Fayez al-Sarraj affirment être déterminées à mener une contre-offensive généralisée.

Civils en danger

Le porte-parole de l'ANL, Ahmad al-Mesmari, a accusé le GNA de s'«allier avec des milices islamistes». «La bataille n'est plus aux mains de [Fayez] al-Sarraj. Elle est désormais aux mains des terroristes», a-t-il expliqué le 9 avril, citant notamment des milices venues de Misrata (200 km à l'est de Tripoli). Les grandes puissances n'ont pas jusque-là réussi à se mettre d'accord à l'ONU sur une déclaration appelant le camp Haftar à cesser son offensive. La déclaration, soutenue entre autres par Washington, a été bloquée le 7 avril au soir par Moscou, qui a dit tenir à ce que «toutes les parties» soient appelées à la retenue.

La Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a rappelé «toutes les parties» à «leur obligation, en vertu du droit international, de garantir la protection des civils et des infrastructures civiles». Le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a demandé d'«épargner les civils, notamment les réfugiés et les migrants bloqués» en Libye. L'Unicef a indiqué de son côté que «près d'un demi-million d'enfants à Tripoli et des dizaines de milliers d'autres dans les régions occidentales» étaient «directement menacés».

Lire aussi : Les combats en Libye propulsent les cours du brut à leur plus haut niveau depuis novembre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»