Les combats en Libye propulsent les cours du brut à leur plus haut niveau depuis novembre

Les combats en Libye propulsent les cours du brut à leur plus haut niveau depuis novembre Source: Reuters
Vue de la plate-forme pétrolière du gisement de Bouri à 70 milles marins au nord de la côte libyenne (photo prise le 3 avril 2019).

Les prix mondiaux du brut ont atteint leur plus haut niveau depuis novembre, poussés par les réductions de production de l’OPEP, les sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela, ainsi que l’escalade des combats en Libye.

Les indices de références du Brent et du WTI ont tous deux atteint ce 8 avril leur plus haut niveau depuis novembre, respectivement à 70,76 dollars (62,80 euros) et 63,48 dollars (56,30 euros) le baril.

Pour Hussein Sayed, stratège en chef des marchés du courtier en contrats à terme FXTM, cité par Reuters : «Les réductions d’approvisionnement en cours et les sanctions américaines imposées à l’Iran et au Venezuela ont été le principal moteur des prix tout au long de cette année.»

Il estime toutefois que «le dernier coup de pouce a été apporté par l'intensification des combats en Libye, qui fait craindre de nouvelles ruptures d'approvisionnement».

Les combats se déroulent actuellement au sud de Tripoli, loin de la plupart des principaux champs pétroliers du pays. Toutefois, les exportations du gisement de Sharara, à 700 kilomètres au sud de Tripoli passent par le terminal de Zawira qui ne se trouve qu’à une cinquantaine de kilomètres de la capitale. C’est pourquoi les analystes redoutent des perturbations dans les exportations, principalement vers l’Europe du Sud, à mesure que la situation se détériore.

La Libye était le 20e producteur de pétrole en 2018, avec plus d'un million de barils par jour, exportés en majorité vers l’Italie et de façon croissante par l’Espagne mais aussi la Chine.

Le pays reste fracturé, sans pouvoir centralisé, depuis l’intervention des puissances occidentales qui ont abouti au renversement du gouvernement dirigé par Mouammar Kahdafi assassiné au terme des combats.  

Il existe actuellement deux principales forces concurrentes en Libye : un gouvernement, reconnu par la communauté occidentale, siégeant dans la capitale Tripoli, et un parlement rival à Tobrouk, soutenu par les forces du maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle la majeure partie du pays.

La semaine dernière, le gouvernement basé à Tripoli a déclaré une attaque «sur toutes les lignes de front» contre l'avancée des troupes de Haftar en direction de la capitale Tripoli, alors que de violents combats se déroulaient autour de la ville.

Lire aussi : Libye : raid aérien en banlieue de Tripoli, «contre-offensive» du gouvernement d'union nationale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»