Libye : raid aérien en banlieue de Tripoli, «contre-offensive» du gouvernement d'union nationale

- Avec AFP

Libye : raid aérien en banlieue de Tripoli, «contre-offensive» du gouvernement d'union nationale © Esam Omran Al-Fetori Source: Reuters
Des soldats de l'ANL du général Haftar partent de Bengazi en direction de Tripoli, le 7 avril 2019.

Alors que les forces pro-Haftar continuent leur avancée vers l'ouest de la Libye, le gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli a annoncé le début d'une «contre-offensive». Cette escalade des tensions aurait déjà fait une vingtaine de morts.

L'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar (l'homme fort de l'est de la Libye), qui mène une offensive en direction de Tripoli en Libye, a affirmé ce 7 avril avoir mené un premier raid aérien en banlieue de cette ville, où siègent ses rivaux du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

Simultanément, le GNA, dirigé par Fayez el-Sarraj, a annoncé le début d'une «contre-offensive» : l'opération, nommée «volcan de la colère», est destinée à «nettoyer toutes les villes libyennes des agresseurs et des forces illégitimes», selon le porte-parole des forces du GNA.

Ces proclamations, faites à la mi-journée, interviennent alors que de violents combats ont été rapportés en matinée à une cinquantaine de kilomètres au sud de la capitale, laissant entrevoir une poursuite de l'escalade des tensions.

Selon un premier bilan du ministère de la Santé du GNA, au moins 21 personnes ont été tuées et 27 autres blessées depuis le début de l'offensive du maréchal Khalifa Haftar contre la capitale libyenne, le 4 avril. Le ministère ne précise pas si les victimes comptent des civils, mais le Croissant rouge libyen a déploré la mort d'un de ses médecins. De son côté, l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar a fait état de 14 morts parmi ses combattants, selon son porte-parole, Ahmad al-Mesmari.

Le 6 avril, l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, avait annoncé vouloir maintenir, malgré ce contexte, une conférence nationale prévue du 14 au 16 avril.

Lire aussi : Sont-ils jamais partis ? Cinq ans après, quels pays occidentaux sont encore impliqués en Libye ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»