Libye : Washington appelle à la fin de l'offensive du maréchal Haftar et retire des militaires

Libye : Washington appelle à la fin de l'offensive du maréchal Haftar et retire des militaires© Yuri Gripas Source: Reuters
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo (image d'illustration).

Alors que le Maréchal Khalifa Haftar entend entrer dans Tripoli, les Etats-Unis se sont dits préoccupés par les combats impliquant les forces armées de l’homme fort de l’est libyen et les milices fidèles au gouvernement de Fayez al-Sarraj.

Dans un communiqué publié le 7 avril, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a exprimé ses profondes préoccupations quant aux combats qui ont lieu à la périphérie de la capitale libyenne. Le 4 avril, les forces du maréchal Khalifa Haftar, à la tête de l'est libyen, avaient lancé une offensive pour prendre Tripoli. Le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj a ordonné à ses forces et milices alliées de les repousser.

Selon un bilan provisoire diffusé le 7 avril au soir par le ministère de la Santé du Gouvernement d’union nationale basé à Tripoli, les combats ont provoqué au moins 35 morts. De son côté, l'Armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Haftar avait fait état dans la soirée du 6 avril de 14 morts parmi ses rangs. Le 8 avril, le seul aéroport fonctionnel de Tripoli a été touché par une frappe aérienne du maréchal Haftar, sans qu'il y ait de victimes.

«Nous avons fait clairement savoir que nous sommes opposés à l'offensive militaire des forces de Khalifa Haftar et nous appelons à l'arrêt immédiat de ces opérations militaires contre la capitale libyenne», a déclaré Mike Pompeo.  «Cette campagne militaire unilatérale contre Tripoli met en danger des civils et sape les perspectives d'un avenir meilleur pour tous les Libyens», a-t-il également averti. Et le secrétaire d'Etat américain d'ajouter : «Les Etats-Unis, avec leurs partenaires internationaux, continuent à presser les dirigeants libyens de revenir aux négociations politiques sous la médiation du représentant spécial du secrétaire général [de l'ONU], Ghassan Salame.»

Assurant qu’il n’existait pas «de solution militaire au conflit en Libye», il a appelé l’ensemble des parties «à opérer de manière urgente une désescalade», insistant sur le fait qu'«une solution politique [était] la seule manière d'unifier le pays et de fournir un plan pour la sécurité, la stabilité et la prospérité pour tous les Libyens.»

Les Etats-Unis retirent provisoirement des militaires de Libye

Le 7 avril, Africom (le commandement militaire américain coordonnant toutes les activités militaires et sécuritaires des Etats-Unis en Afrique), a annoncé qu’elle retirait provisoirement des troupes dans le pays au regard de l’instabilité sécuritaire : «En raison du regain des troubles en Libye, un contingent des forces américaines de soutien au Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique, a temporairement déménagé du pays en réponse à la situation sécuritaire sur le terrain», peut-on lire dans un communiqué cité par l'agence de presse Belga. Celui-ci ne précise pas combien de soldats américains sont concernés par ce retrait.

Une décision motivée par la réalité sécuritaire dans le pays jugée «de plus en plus complexe et imprévisible». Son chef, le général Thomas D. Waldhauser, a néanmoins assuré qu’Africom continuerait «à suivre l'évolution de la situation sur le terrain et examinera[it] la possibilité d'un retour de la présence militaire américaine quand ce sera approprié».

Lire aussi : Les combats en Libye propulsent les cours du brut à leur plus haut niveau depuis novembre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»