«Une politique qui frise le racket» : Moscou s'insurge contre un projet de sanctions américaines

«Une politique qui frise le racket» : Moscou s'insurge contre un projet de sanctions américaines© Yuri Gripas Source: Reuters
Le Capitole des Etats-Unis à Washington, où siège le Congrès.

Pour Moscou, le nouveau projet de sanctions contre la Russie présenté au Congrès américain le 13 février répond à une politique commerciale des Etats-Unis qui s'affranchit des règles internationales et «frise le racket».

Le projet de loi présenté le 13 février par les sénateurs républicain Lindsey Graham et démocrate Bob Menendez, intitulé «Loi sur la défense de la sécurité américaine contre l'agression du Kremlin», a suscité une réponse incisive du porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Selon le diplomate, ce projet de loi est fondé sur «une politique commerciale précise, pragmatique et agressive qui n'a rien à voir avec les règles commerciales internationales». «Cette politique frise parfois le racket. Je parle de diverses dispositions du projet de loi visant à perturber des projets d'entreprises russes dans le secteur énergétique, en s'attaquant aux activités des banques russes qui disposent de la participation de l'Etat», a-t-il insisté dans des propos rapportés par l'agence de presse Tass le 14 février.

«Le gouvernement a déjà mis au point et adopté un certain nombre de mesures efficaces pour se prémunir contre de telles "attaques par racket"», a assuré le porte-parole du Kremlin en réponse à une question sur l'impact de ses éventuelles nouvelles sanctions américaines. Dmitri Peskov a par ailleurs souligné que l’économie russe s’était déjà adaptée aux sanctions existantes et avait même réussi à se développer «malgré ces restrictions injustes».

Pour Dmitri Peskov, il est peu probable que cette logique de sanctions américaines prennent fin : «[La Russie] espère le meilleur mais se prépare au pire.» Compte tenu de l'ambiance actuelle à Washington, le porte-parole du Kremlin ne voit toutefois aucun espoir d'«une amélioration des relations [américano-russes] ou, au moins, d'une rémission durable de la maladie russophobe».

Lire aussi : Nouvelles sanctions contre la Crimée : pas de «temps à perdre» à les analyser, assène Moscou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter