«Ignominie immigrationniste»: droite et souverainistes mettent en garde contre le pacte de Marrakech

«Ignominie immigrationniste»: droite et souverainistes mettent en garde contre le pacte de Marrakech© Reuters - Lionel BONAVENTURE/AFP - Charles Platiau /AFP - MARTIN BUREAU/AFP
Eric Ciotti (LR), Marine Le Pen (RN), Nicolas Dupont-Aignan (DLF) et François Asselineau (UPR)

Le pacte onusien sur les migrations a été approuvé à Marrakech ce 10 décembre par quelque 150 pays, dont la France. Des élus républicains, le Rassemblement national, Debout la France et l'UPR ont condamné cette décision.

Bien que de nombreux pays se soient retirés du Pacte de l'ONU sur les Migrations, la France et plus de 150 pays (sur les 193 pays représentés à l'ONU) étaient présents à Marrakech ce 10 décembre pour l'approuver formellement. Si Emmanuel Macron n'était pas physiquement présent, retenu en France en cette période troublée, c'est le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne qui est venu pour représenter le gouvernement. Malgré une actualité dominée par les mobilisations des Gilets jaunes et les réponses que l'exécutif doit leur apporter, une partie de la classe politique française – les formations de droite et souverainistes – ont tenu à exprimé leur opposition et leurs craintes relatives à cette décision.

Marine Le Pen déplore une «ignominie immigrationniste»

La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen, qui n'a pas attendu l'approbation formelle du pacte pour le dénoncer, a déploré ce 10 décembre que les Français soient «tenus à l’écart d’une décision qui va changer à jamais le visage» de la France. Partant, l'ex-finaliste de la présidentielle de 2017 a appelé à la mobilisation contre l'«ignominie immigrationniste qu’est le Pacte de Marrakech». 

«Ce que des oligarques méprisants ont fait, le peuple français peut le défaire !», a-t-elle martelé sur Twitter.

De même, le député du RN Gilbert Collard‏ a dénonce un «déni de démocratie», au sujet de ce pacte rallié par le gouvernement sans que les Français n'aient été consultés.

Nicolas Dupont-Aignan s'inquiète d'une «submersion migratoire»

Nicolas Dupont-Aignan, chef de file du parti Debout la France (DLF), considère qu'Emmanuel Macron, en autorisant l'adoption du pacte onusien, a piégé la France «dans la spirale d’une submersion migratoire soutenue et encouragée par le droit international».

Le chef du parti de droite souverainiste a en outre assuré que le caractère «non contraignant» du pacte sur les migrations, ne garantissait en rien que la souveraineté française sur le sujet serait préservée. «La devise "Liberté égalité fraternité" inscrite dans la Constitution était "non contraignante", cela n'a pas empêché le Conseil constitutionnel de décider le 8 juillet 2018 d'inventer un "principe de fraternité" pour favoriser l'aide à l'immigration illégale», fait-il valoir.

LR n'entend pas céder le terrain au RN

Plusieurs voix au sein du parti Les Républicains (LR), présidé par Laurent Wauquiez, se sont également élevées contre l'adoption formelle du pacte de Marrakech.

Interrogé par France 2, le député Les Républicains (LR) des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti a averti : «Demain avec le Pacte de Marrakech les migrants pourraient avoir les mêmes droits sociaux que les nationaux, la critique de l’immigration massive par les journalistes pourrait être interdite.» Et l'élu de faire valoir qu'«un tiers des pays européens refus[ait] déjà ce texte».

En tout état de cause, l'Autriche, l'Australie, la République tchèque, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie ont d'ores et déjà choisi de se retirer du pacte, après avoir approuvé le texte le 13 juillet dernier à New York. En outre, la Belgique, la Bulgarie, l'Estonie, l'Italie, la Slovénie et la Suisse ont souhaité plus de consultations internes.

Les députés LR Annie Genevard, du Doubs et Julien Aubert, du Vaucluse, ont également dénoncé le pacte onusien, mettant en avant un contexte migratoire déjà difficile en France.

Pour François Asselineau (UPR), les Français méritent un référendum sur le sujet

François Asselineau, président du parti favorable au Frexit, l'Union républicaine populaire (UPR), interrogé au micro de RT France a jugé que, par «principe de précaution», la France aurait mieux fait de ne pas signer ce pacte ce 10 décembre. «Il n'y a aucune urgence à signer ce pacte, on peut très bien [le] signer dans six mois ou dans un an et déjà se donner [d'ici là] le temps de la réflexion», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, a-t-il noté, «le peuple français en a absolument assez que des gens prennent des décisions en son nom». Partant, selon François Asselineau, Emmanuel Macron eut été mieux avisé d'organiser un référendum au sujet de ce pacte, qui, juge-t-il, «s'inscrit dans le principe de la mondialisation».

Les mesures au cœur du pacte

Au-delà des mesures visant à protéger les migrants (notamment dans l'objectif 9 qui prévoit de renforcer la lutte transnationale contre le trafic de migrants ou encore l'objectif 10 qui vise à éliminer la traite de personnes), le pacte onusien, qui se veut «non contraignant» pour les Etats signataires, comporte d'autres aspects. Entre autres : selon l'objectif 5 du texte, les signataires s'engagent à ménager des options et des filières de migration régulière, accessibles et plus souples, «pour faciliter la mobilité de la main-d’œuvre».

Par ailleurs, le pacte de Marrakech entend «faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues». L'objectif 17 encourage ainsi les Etats à «condamner et contrer» les actes de racisme, de discrimination ou encore d'intolérance envers les migrants, notamment en exerçant un contrôle de l'information.

Afin de promouvoir une «information indépendante, objective et de qualité, y compris sur internet», les Etats ayant approuvé le pacte sont appelés à «sensibilis[er] les professionnels des médias aux questions de migration et à la terminologie afférente, en instituant des normes déontologiques pour le journalisme et la publicité et en cessant d’allouer des fonds publics aux médias qui propagent l’intolérance, la xénophobie, le racisme et les autres formes de discrimination envers les migrants».

Lire aussi : Retraits en série, manifestations : le pacte sur les migrations part-il sur de mauvaises bases ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»