Après Vienne, Prague ? Babis «n'aime pas» le pacte de l'ONU sur les migrations

Après Vienne, Prague ? Babis «n'aime pas» le pacte de l'ONU sur les migrations© Piroschka van de Wouw/File Photo Source: Reuters
Le Premier ministre tchèque Andrej Babis à Bruxelles, le 18 octobre 2018 (image d'illustration).

Le pacte de l'ONU sur les migrations est décidément loin de faire l'unanimité. A un mois de son adoption à Marrakech, de nombreux pays refusent de le signer : après Washington, Budapest et Vienne, c'est au tour de Prague de faire la fine bouche.

Au lendemain de l'annonce par l'Autriche de son refus de signer le pacte de l'ONU sur les migrations, la République tchèque semble gagnée par le doute. Le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, a ainsi déclaré le 1er novembre au Parlement : «Je n'aime pas le pacte. Il n'est pas clairement interprété et on pourrait en abuser.» Après quoi il a ajouté : «Les Etats-Unis se sont retirés, la Hongrie aussi, maintenant l'Autriche, et la Pologne en discutent également», laissant implicitement la porte ouverte au retrait de Prague dudit pacte. 

Le cabinet du Premier ministre devrait débattre de la question la semaine prochaine. 

Finalisé après 18 mois de négociations, le pacte des Nations unies sur les migrations prévoit notamment de renforcer la coopération internationale pour répondre au phénomène migratoire. Les pays de l'ONU, à l'exception notable des Etats-Unis, ont approuvé le document en juillet. Le président Donald Trump avait jugé le texte «incompatible» avec sa politique migratoire et la souveraineté nationale américaine. Quelques jours plus tard, la Hongrie du Premier ministre Viktor Orban lui emboîtait le pas en annonçant son retrait de cet accord, au motif qu'il encourageait des flux de personnes jugés «dangereux».  

Le pacte doit être entériné lors d'un sommet à Marrakech les 10 et 11 décembre prochains.

Lire aussi : «Défendre la souveraineté»: l'Autriche ne signera pas le pacte des Nations unies sur la migration

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»