«Défendre la souveraineté»: l'Autriche ne signera pas le pacte des Nations unies sur la migration

«Défendre la souveraineté»: l'Autriche ne signera pas le pacte des Nations unies sur la migration © EMMANUEL DUNAND Source: AFP
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

Considérant qu'il représentait une menace pour sa souveraineté en terme de politique migratoire, l'Autriche a emboîté le pas des Etats-Unis et de la Hongrie, et a annoncé qu'elle ne signerait pas le pacte de l'ONU sur les migrations.

«Le gouvernement a convenu [...] de ne pas signer le pacte des Nations unies sur la migration et ainsi de ne pas lier l'Autriche», a déclaré le 31 octobre dans un communiqué le gouvernement autrichien, dirigé par le chancelier conservateur Sebastian Kurz.

Vienne se montre très critique de certains points du pacte sur la migration, et notamment «la confusion entre recherche de protection et migration économique». Bien qu'officiellement non-contraignant, le pacte pourrait créer de nouveaux droits et avantages pour les migrants, selon le gouvernement autrichien, qui estime qu'il vise à atténuer «la distinction entre migrants légaux et illégaux». Or la coalition au pouvoir ayant fait de la lutte contre l'immigration illégale une priorité, certains aspects du texte s'inscrivent «en contradiction» avec son programme.

Cité dans le communiqué, le chancelier Kurz a justifié cette décision par «l'importance de défendre la souveraineté nationale de l'Autriche», qui pourrait être mise à mal par un déplacement massif de population sur son territoire, si le pacte venait à être adopté.

De son côté, le vice-chancelier et patron du FPÖ, qui a fait campagne durant des semaines pour que Vienne boycotte ce texte, a expliqué que l'Autriche refusait ainsi que le pacte «n'établisse un nouveau droit international contraignant ou qui puisse être interprété comme tel».

Finalisé après 18 mois de négociations, le pacte des Nations unies sur la migration prévoit notamment de renforcer la coopération internationale pour répondre au phénomène mondial des migrations. Les pays de l'ONU, à l'exception notable des Etats-Unis, ont approuvé le document en juillet. Le président Donald Trump avait jugé le texte «incompatible» avec sa politique migratoire et la souveraineté nationale américaine. Quelques jours plus tard, la Hongrie du Premier ministre Viktor Orban avait également annoncé son retrait de cet accord, soutenant qu'il encourageait des flux de personnes qu'elle juge «dangereux».  

L'Autriche a précisé qu'elle n'enverrait aucun représentant au sommet de Marrakech les 10 et 11 décembre, lors duquel le pacte doit être entériné.

Lire aussi : Après Washington, Budapest se retire du pacte mondial sur les migrations

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»