La France renvoie-t-elle les migrants à la frontière espagnole sous couvert de lutte antiterroriste?

La France renvoie-t-elle les migrants à la frontière espagnole sous couvert de lutte antiterroriste?© Benoit Tessier
Evacuation d'un camp de migrants à Paris, le 30 mai 2018. Image d'illustration.

Selon El Pais, la France a renforcé les contrôles aux frontières, renvoyant les migrants venant d'Espagne en faisant valoir la lutte antiterroriste. Certaines expulsions seraient réalisées en moins de 20 minutes, sans avis aux autorités espagnoles.

Le quotidien espagnol El Pais rapporte, ce 1er septembre, que la France utilise une mesure antiterroriste pour renforcer son contrôle à la frontière et renvoyer les migrants arrivant en Espagne. De plus, selon le journal, une partie de ces expulsions se feraient sans notification aux autorités espagnoles et auraient lieu en moins de 20 minutes. «Cet été, la gendarmerie française intensifie ses contrôles aux points de passage frontaliers avec le Pays basque [espagnol] et la présence accrue de patrouilles a fait quadrupler depuis le début l’année le nombre de migrants, essentiellement subsahariens, qui sont renvoyés en un temps record vers le territoire espagnol», lit-on dans El Pais.

Un journaliste du quotidien espagnol qui s’est rendu à Irun, à la frontière, rapporte que ces renvois provoquent «un casse-tête» côté espagnol : ««La police n’a aucun contrôle sur les expulsions et les institutions qui prennent en charge les migrants sont débordées», assure-t-il, ajoutant : «Pour chaque personne renvoyée avec des garanties, on en compte plus de dix renvoyées sans garantie». La police aux frontières espagnole dit rechercher une solution avec les autorités françaises. «C’est complètement illégal», critique un policier espagnol.

Comme le rappelle le journal, la police française s’appuie sur le rétablissement des contrôles aux frontières qui avait été mis en place fin 2015, après les attentats du 13 novembre. Plusieurs ONG françaises dénoncent l'utilisation répétée de cette mesure en principe extraordinaire, ainsi que l’usage d’une mesure antiterroriste à des fins de lutte contre l’immigration.

Lire aussi : Le Maroc s’attaque aux réseaux de passeurs en déplaçant les migrants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter