Des soldats camerounais se filment en train d'exécuter des femmes et des enfants (CONTENU SENSIBLE)

Des soldats camerounais se filment en train d'exécuter des femmes et des enfants (CONTENU SENSIBLE) Source: Reuters
Les soldats camerounais de la Brigade d'intervention rapide montent la garde à Kolofata, au Cameroun, le 16 mars 2016 (Image d'illustration.)

Quatre soldats camerounais ont été arrêtés après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo insoutenable où l'on voit des militaires exécuter froidement des femmes et des enfants en bas âge, accusés d‘être des djihadistes de Boko Haram.

L'indignation n'est toujours pas retombée au Cameroun, après la diffusion sur les réseaux sociaux le 10 juillet, d'une vidéo attribuée à l'armée dans laquelle on voit des militaires exécuter des femmes et des enfants accusés d’appartenir à l’organisation terroriste Boko Haram, dans l’extrême nord du pays.

Si le lendemain de sa diffusion sur la toile, le gouvernement camerounais avait dénoncé une «fake news» et un «horrible trucage», quatre militaires ont finalement été interpellés le 19 juillet grâce notamment au travail d'enquête d'Amnesty International.

«Des spécialistes d’Amnesty International ont mené des investigations qui ont permis d’obtenir des éléments crédibles attestant que ce sont bien des militaires camerounais qui apparaissent sur la vidéo montrant l’effroyable exécution extrajudiciaire de deux femmes et de deux enfants en bas âge. Une enquête vient d’être annoncée mais le ministère de la Communication avait auparavant discrédité la vidéo en la qualifiant d’imposture», a fait savoir l’ONG dans un communiqué publié le 12 juillet.

Ce n’est pas la première fois que le Cameroun est accusé de violer les droits de l'homme. Un centre présumé de torture, dans lequel officiait l'unité d'élite du BIR (Bataillon d’intervention rapide), avait été mis au jour par Amnesty international en 2017. Des sévices y avaient été infligés sous les yeux de soldats américains, officiellement déployés dans le pays dans le cadre de l’aide apportée par Washington à Yaoundé dans la lutte contre le terrorisme.

ATTENTION LES IMAGES SUIVANTES SONT SUSCEPTIBLES DE HEURTER LA SENSIBILITE

Lire aussi : Une double attaque suicide a frappé une école dans le nord du Cameroun, quatre morts

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»