Les Etats-Unis adoptent de nouvelles sanctions anti-russes après des cyberattaques présumées

Les Etats-Unis adoptent de nouvelles sanctions anti-russes après des cyberattaques présumées © Chuck Myers / Presse Global Look
Le siège du Trésor américain à Washington

L'administration américaine adopte de nouvelles sanctions contre la Russie après des allégations de «cyber-activité» par Moscou. Plusieurs entreprises et hommes d'affaires russes sont visés «agressivement», de l'aveu-même de Washington.

«Les Etats-Unis s'engagent à cibler agressivement toute entité ou individu travaillant sous la direction du [service de renseignement russe] FSB, dont les activités menacent les Etats-Unis et continueront de faire usage de nos autorités de sanctions, y compris celles prévues par le CAATSA [Loi pour contrer les adversaires de l’Amérique par des sanctions], pour contrer les menaces en constante évolution émanant de la Russie», a déclaré le secrétaire du Trésor des Etats-Unis Steven Mnuchin dans un communiqué publié ce 11 juin.  

Le responsable américain accuse les entreprises et les individus visés par ces sanctions d'avoir contribué à améliorer «les capacités cybernétiques de la Russie» à la faveur d’une collaboration avec le Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie.

La liste des entités visées par ces sanctions comprend des entreprises de cybersécurité basées en Russie, en Israël, en Europe et aux Etats-Unis. Parmi elles figurent le Centre de recherche de l'Etat russe, l'Institut Kvant, spécialisé dans la recherche et le développement technologique de matériels électroniques et de logiciels pour la Russie et ses institutions publiques. 

Quant aux trois personnes ciblées par les sanctions américaines, à savoir Alexandre Lvovitch Triboune, Oleg Sergueïevitch Tchirikov et Vladimir Iakovlevitch Kaganski, elles ont vu leurs avoirs gelés aux Etats-Unis, en raison de leurs liens avec la société Divetechnoservices, un fabricant russe d'équipement de plongée sous-marine. Washington avait déjà accusé à plusieurs reprises Moscou d'avoir espionné ses câbles de communication sous-marins.

Le Trésor américain a expliqué que ces nouvelles sanctions constituaient une réponse aux cyberattaques prétendument organisées par la Russie, dont celle menée via le virus NotPetya, qui a causé de graves dysfonctionnements en Europe, mais également en Russie.

Début avril, le département du Trésor des Etats-Unis avait décidé d'étendre ses sanctions à 24 personnes et 14 entités russes. Plusieurs hommes d'affaires avaient été visés, dont Oleg Deripaska, dirigeant de l'un des plus grands groupes industriels russes, Basic Element, et président de la Société Rusal, la deuxième plus grande société de production d'aluminum du monde.

Lire aussi : Les Etats-Unis annoncent de nouvelles sanctions contre la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter