Vladimir Poutine : «Soit la Russie est un pays souverain, soit il n'y a pas de Russie»

Vladimir Poutine : «Soit la Russie est un pays souverain, soit il n'y a pas de Russie» © Alexander Zemlianichenko Source: Reuters
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion avec les membres du Conseil d'Etat au Kremlin à Moscou, en Russie, le 5 avril 2018.

Pour le président russe qui s'exprimait à la télévision chinoise, aucune pression occidentale, économique ou politique, ne fera la Russie renoncer à sa souveraineté et à son indépendance.

S'exprimant dans le cadre d'un entretien avec la télévision chinoise CCTV donné le 6 juin 2018, avant de se rendre en Chine le 8 juin prochain, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les sanctions, aussi rigoureuses soient-elles, ne forceront pas la Russie à abandonner sa position indépendante dans le monde, ajoutant que les Russes n'accepteront jamais de compromis au détriment de la souveraineté. «Je crois que soit la Russie sera souveraine, soit il n'y aura pas de Russie du tout. Et bien sûr, le peuple russe choisira toujours la première proposition. Je pense que le peuple chinois fera de même. Nous n'avons pas d'autre option», a-t-il affirmé.

Selon le président russe, les séries de sanctions imposées à son pays par les Etats-Unis, leurs alliés et l'UE n'avaient qu'un seul objectif : entraver son développement économique. Il a néanmoins affirmé que le nombre de sanctions et de mesures punitives ne suffiront jamais pour que la Russie s'effondre et change sa politique. Selon lui, toutes les tentatives de l'Occident pour détruire l'économie russe finiront par se retourner contre les pays qui se sont alignés sur les Etats-Unis pour «punir» la Russie. «Ceux qui ont suivi l'exemple des Etats-Unis commencent eux-mêmes à souffrir de ce que les Etats-Unis mettent en œuvre contre eux», a déclaré Vladimir Poutine en allusion sans doute aux récentes mesures américaines décidées par l'administration Trump concernant la mise en place de taxes sur l'importation de l'acier aux Etats-Unis.

Vladimir Poutine a toutefois précisé qu'il ne le faisait pas remarquer parce qu'il aimait se réjouir des malheurs des autres, mais parce que cela prouvait que les sanctions étaient préjudiciables à toutes les parties, «y compris celles qui les ont initiées». S'exprimant sur les chances que les relations entre l'Occident et la Russie s'améliorent, le président russe a dit qu'il espérait des relations «positives», mutuellement bénéfiques : «Je crois que nous parviendrons à améliorer les relations d'une manière ou d'une autre», a-t-il conclu.

Lire aussi : Sanctions américaines : Poutine donne son aval à une loi de «contre-mesures» économiques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter