Netanyahou presse Merkel de sévir contre l'Iran, sous peine de subir un nouvel afflux de réfugiés

- Avec AFP

Netanyahou presse Merkel de sévir contre l'Iran, sous peine de subir un nouvel afflux de réfugiés© Axel Schmidt Source: Reuters
Angela Merkel et Benjamin Netanyahou lors de leur conférence conjointe à Berlin le 4 juin.
Suivez RT France surTelegram

En visite officielle en Allemagne, le Premier ministre israélien, grand ennemi de Téhéran, a mis en garde la chancelière allemande Angela Merkel contre une arrivée massive de réfugiés, si Berlin ne réintroduisait pas des sanctions contre l'Iran.

Le 4 juin, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en visite officielle en Allemagne, a mis en garde Angela Merkel contre un nouvel afflux de réfugiés syriens outre-Rhin si Berlin ne se montrait pas plus ferme face à l'Iran.

Le Premier ministre israélien a affirmé que Téhéran avait pu renforcer sa présence militaire au Moyen-Orient, notamment au Yémen ou en Syrie, grâce à la manne financière libérée par la levée des sanctions économiques après la signature en 2015 de l'accord sur le nucléaire. Lors d'une conférence de presse avec la chancelière à Berlin, il a assuré que l'objectif de l'Iran était «de mener une guerre de religion en Syrie, en majorité sunnite».

«Cela risque de provoquer une nouvelle guerre de religion, cette fois une guerre de religion à l'intérieur de la Syrie, et la conséquence sera beaucoup plus de réfugiés et vous savez exactement où ils iront», a-t-il averti son interlocutrice.  

L'afflux de réfugiés en Allemagne aurait affaibli la chancelière aux élections

La venue de plus d'un million de réfugiés, en majorité syriens, depuis 2015 dans la première économie européenne est vue comme l'une des principales raisons du faible score réalisé par le parti de la chancelière aux élections de septembre et de la percée du parti AfD, anti-immigration et anti-islam, désormais représenté à la chambre des députés. 

L'Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont trois des signataires de l'accord nucléaire conclu en 2015 entre les grandes puissances et Téhéran pour dissuader la République islamique de chercher à acquérir l'arme nucléaire. Leurs dirigeants défendent l'accord, malgré le retrait américain, et œuvrent de concert sur le sujet avec la Russie et la Chine, les deux autres signataires du texte, pour le préserver.

Lire aussi : La menace nucléaire iranienne relève actuellement du fantasme

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix