«Nous n’y resterons pas» : l'Iran menace de quitter l'accord sur le nucléaire si Washington en sort

«Nous n’y resterons pas» : l'Iran menace de quitter l'accord sur le nucléaire si Washington en sort© Don EMMERT Source: AFP
Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Zarif lors d'un discours devant le Council of foreign relations (CFR) à New York, le 23 avril

L'Iran a déclaré qu'il était hors de question de renégocier les termes de l'accord sur le nucléaire et a lié son avenir à la décision de Washington. La République islamique accuse les Européens de vouloir faire des «concessions» aux Américains.

«Si les États-Unis se retirent de l’accord nucléaire, nous n’y resterons pas non plus» : dans des propos rapportés par le site de la télévision d’État le 3 mai, Ali Akbar Velayati, conseiller du guide suprême Ali Khamenei pour les affaires internationales, a lié l'avenir de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) à la décision que prendrait Washington le concernant.

Depuis sa nomination, le président américain Donald Trump a toujours critiqué le JCPOA, le qualifiant de «mauvais accord» et laissant entendre à de nombreuses reprises qu'il pourrait s'en retirer. Une décision que les Etats-Unis doivent prendre avant le 12 mai au plus tard, et à laquelle est conditionné le rétablissement des sanctions contre l'Iran.

Pour convaincre Donald Trump de rester dans le JCPOA, Emmanuel Macron lui a proposé lors de sa visite à Washington de construire un accord plus large. Une idée réitérée par le président français lors de son voyage en Australie, et qu'étudierait actuellement le président américain.

Mais Téhéran ne l'entend pas de cette oreille. Dans une vidéo publiée sur Youtube le 3 mai, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a martelé que l'Iran refusait de renégocier le JCPOA ou d'y ajouter quoi que ce soit. Il s'en est d'ailleurs pris aux pays européens, qu'il accuse de vouloir faire de nouvelles «concessions» aux Américains pour les apaiser.

Auteur: javadzarif

Dans cette vidéo en anglais, le ministre iranien a également lancé une mise en garde à Washington. «Si les Etats-Unis continuent de violer l'accord ou en sortent, nous userons de notre droit à répondre à notre manière», a-t-il déclaré sans plus de précisions, avant d'ajouter que les menaces n’apporteraient pas aux Etats-Unis un nouvel accord.

Les récentes nominations de Mike Pompeo au poste de secrétaire d’Etat et de John Bolton au poste de conseiller à la Sécurité nationale, tous deux partisans d'une ligne dure avec l'Iran, semblent sceller le sort du JCPOA. D'autant que le Premier ministre Benjamin Netanyahou a accusé le 30 avril Téhéran de mener un «programme nucléaire secret», ce que la Maison Blanche aurait tendance à croire.

Signé en juillet 2015, après de longues négociations entre les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et l'Iran, l'avenir du JCPOA s'écrit plus que jamais en pointillé.

Lire aussi : L'ambassadeur de France en Israël craint une «guerre» si Washington se retire de l'accord sur l'Iran

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter