«Programme nucléaire secret iranien» : les réactions après les «preuves» de Netanyahou

«Programme nucléaire secret iranien» : les réactions après les «preuves» de Netanyahou© Amir Cohen Source: Reuters
Benjamin Netanyahou présentant le «programme nucléaire secret iranien», le 30 avril 2018
Suivez RT France surTelegram

La présentation de Benyamin Netanyahou, qui visait à démontrer l'existence d'un «programme nucléaire secret iranien», a provoqué plusieurs réactions à l'échelle internationale, partagées entre approbation et méfiance.

Au lendemain de la démonstration de Benyamin Netanyahou sur le présumé programme nucléaire iranien dit «secret», les réactions se sont multipliées aux quatre coins du monde.

En premier lieu, Téhéran a qualifié le chef d'Etat israélien de «menteur invétéré, en panne d'idées». Le ministre des Affaires étrangères iranien a en effet fustigé des allégations «éculées, sans intérêt, et honteuses» et a comparé la présentation israélienne à «un bluff ressassé» utilisé par des «dirigeants sionistes [qui] ne voient pas d’autres moyens d'assurer la survie de leur régime illégal.»

Washington a de son côté affirmé «avoir connaissance de ces documents depuis un certain temps». Alors qu'il s'était entretenu avec Benyamin Netanyahou dimanche 29 avril en Israël, le nouveau secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré à la presse, à bord de l'avion qui le reconduisait aux Etats-Unis : «Je sais qu'il y a des gens qui disent que ces documents ne sont pas authentiques. Je peux vous confirmer que ces documents sont réels, qu'ils sont authentiques».

Allant dans le même sens, la Maison Blanche avait par ailleurs déjà publié un communiqué accusant «l'Iran [de disposer] d'un solide programme d'armes nucléaires clandestin [et d'avoir essayé], en vain, de le cacher au monde et à son propre peuple.»

Côté français, un communiqué de l'Elysée annonce que le président de la République s'est entretenu par téléphone avec le Premier ministre israélien le 30 avril. Le texte précise qu'Emmanuel Macron a «réaffirmé l’importance que revêt pour la France la sécurité d’Israël» tout en soulignant «la nécessité de veiller à la stabilité régionale et d’éviter toute escalade».

De son côté, Moscou a affiché une certaine méfiance. Le haut diplomate russe Mikhaïl Oulianov a commenté sur le ton de l'ironie : «Malheureusement, à en juger par les commentaires de Washington, certains hommes politiques américains ont réussi à analyser dans les plus brefs délais ces 100 000 documents.»

Depuis Tel Aviv, le 30 avril, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a assuré qu'Israël disposait de nouvelles «preuves concluantes» d'un programme secret iranien visant à se doter de l'arme nucléaire. Devant un écran diffusant des photos et des vidéos et affichant à un moment, en gros caractère le texte «l'Iran a menti», il a présenté schémas et graphiques afin d'appuyer ses accusations, comme six ans plus tôt devant l'ONU. Il en a déduit que l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 était «basé sur des mensonges» et donc, invalide.


Lire aussi : Israël adopte une loi facilitant l'entrée en guerre dans des «conditions extrêmes»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix