2017, l’année où les dirigeants du monde ont fait connaissance avec Donald Trump (VIDEOS)

2017, l’année où les dirigeants du monde ont fait connaissance avec Donald Trump (VIDEOS)© MANDEL NGAN Source: AFP
Donald Trump, président des Etats-Unis

L’élection de Donad Trump à la Maison Blanche a pris de court nombre de chancelleries. Depuis, les rencontres officielles entre le président américain et les dirigeants du monde se sont succédées, entre enthousiasme, cordialité et crispation.

Moments certes symboliques, les rencontres entre les chefs d'Etat de ce monde sont scrutées à la loupe par les médias. Les premières rencontres du nouveau locataire de la Maison Blanche, qui a été investi il y a un an jour pour jour, ont été l'occasion de rappeler au monde la pérennité des relations entre Washington et ses alliés... ou de trahir certains différends diplomatiques.

Rencontre glaciale entre Donald Trump et Angela Merkel

Recevant Angela Merkel dans la demeure présidentielle américaine le 17 mars 2017, Donald Trump est resté de marbre face aux regards insistants de cette dernière, en présence des journalistes. 

A la demande de ces derniers, la chancelière aurait alors proposé à Donald Trump de lui «serrer la main». Mais ce dernier l’a royalement ignorée, suscitant de longues secondes de malaise, perceptible dans le regard gêné de la chancelière.

Les relations s'annonçaient fraîches entre le nouveau président américain et l’inamovible chancelière allemande : avant de se rencontrer, le premier avait accusée la seconde d'avoir commis une «erreur catastrophique» en ouvrant les portes de son pays à plus d'un million de migrants en 2015. Côté allemand : une dizaine de jours après l'investiture de Donald Trump, en début d'année 2017, Angela Merkel ne s'était pas gênée pour dénoncer le décret sur l'immigration pris par Donald Trump, interdisant temporairement l'accès aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Lire aussi : L'Allemagne ne soutiendra pas forcément les Etats-Unis en cas de conflit armé avec la Corée du Nord

Xi Jinping, la Syrie et le gâteau au chocolat

Reconnaissance de Taïwan, droits de douane ou encore Corée du Nord, les dossiers brûlants entre Washington et Pékin n’ont pas manqué au cours de l’année 2017. Malgré les tensions diplomatiques entre les deux pays, Donald Trump et son homologue chinois, Xi Jinping, se sont rencontrés pour la première fois le 6 avril 2017, dans la résidence présidentielle américaine de Mar-a-Lago, en Floride.

Si la rencontre a permis de montrer que les deux nations entretenaient des relations cordiales, elle a été marquée par l’attaque américaine visant les forces gouvernementales en Syrie sur la base aérienne d'Al-Chaayrate, après l’attaque chimique présumée du 4 avril sur Khan Cheikhoun, imputée par Washington aux autorités syriennes. Le président chinois a été mis dans la confidence de la réalisation de cette frappe alors qu’il dégustait «la plus belle part de gâteau au chocolat», a rapporté Donald Trump lors d’une interview accordée à la chaîne Fox News.

Lire aussi : Tensions Chine-Etats-Unis : «L'année 2017 pourrait être décrite comme à très grand risque politique»

Rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine : un enthousiasme initial partagé

Vladimir Poutine et Donald Trump ont eu une première réunion très attendue en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, le 7 juillet, qui a duré plus de deux heures, au lieu des 30-40 minutes prévues initialement – Donald Trump a par conséquent dû reporter sa rencontre prévue avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Lors de la séance photos, Donald Trump a confié aux médias qu'il avait discuté de nombreux sujets avec le président russe, ajoutant : «J'estime que ce fut très fructueux.» La lutte contre le terrorisme et la cyber-sécurité, notamment avaient été au menu de l'échange, selon le président américain. 

«Nous avons eu une très longue discussion avec le président des Etats-Unis. De nombreuses questions ont été abordées, y compris l'Ukraine, la Syrie et d'autres problèmes, ainsi que certaines questions bilatérales», avait résumé pour sa part Vladimir Poutine.

Le maître du Kremlin avait également déclaré lors d'une conférence de presse : «Le Trump qu'on voit à la télé est très différent du Trump en réalité.» Avant d'ajouter : «Il y a toutes les raisons de croire que nous pourrons rétablir au moins partiellement le niveau de coopération dont nous avons besoin.»

Les relations américano-russes, au cours de l'année, se sont néanmoins refroidies.

Lire aussi : Sergueï Lavrov : «Moscou et Washington ont décidé d'un cessez-le-feu pour la Syrie»

Rencontre Trump-Macron : «La France n'est plus la France» devient la France, «un pays magnifique»

Finies les les peintures sombres de l'Hexagone : après avoir affirmé à plusieurs reprises quelques mois plus tôt que «la France n'était plus la France» et que «Paris n'était plus Paris», Donald Trump a changé de ton lors de sa conférence de presse avec Emmanuel Macron à Paris le 13 juillet, se livrant à un véritable festival d'éloges à l'égard de Paris et de la France. 

Avoir chaleureusement remercié Emmanuel Macron pour son invitation au «merveilleux» défilé du 14 Juillet, n'était sans doute pas suffisant pour Donald Trump. Pour le président américain, la France est également, «sans aucun doute un magnifique pays», les Français forment «un peuple merveilleux, fier de son histoire» et le palais de l'Elysée n'est rien de moins qu'«un des bâtiments les plus beaux au monde».

Malgré cette rencontre des plus chaleureuses, les Etats-Unis et la France maintiennent des positions divergentes sur différents dossiers internationaux, tels que l'accord sur le climat de Paris, l'accord sur le nucléaire israélien ou encore la question israélo-palestinienne

Lire aussi : Emmanuel Macron : «Ma poignée de main avec Trump, ce n'est pas innocent»

Rodrigo Duterte et Donald Trump, l'amitié célébrée en chanson

«Je ne suis qu’une petite molécule sur cette planète, il est maintenant le président du pays le plus puissant du monde», a déclaré Rodrigo Duterte après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle américaine, sur la chaîne télévisée nationale d’actualité ABS-CBN. Une remarque teintée d'admiration qui semblait présager, déjà, de bonnes relations entre les deux hommes. 

Lire aussi : Trump et Medvedev troublent la traditionnelle photo de famille de l'Asean à Manille (IMAGES)

Lors d'un dîner dans le cadre du sommet de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), qui s'est déroulé du 10 au 14 novembre à Manille, le chef d'Etat philippin a chanté un duo avec une célèbre chanteuse philippine, Pilita Corrales. «Je l’ai fait sur ordre du commandant en chef des Etats-Unis», a ironisé Rodrigo Duterte, sourire aux lèvres, après avoir terminé sa présentation, en présence de son homologue américain.

Plus tôt lors du sommet, le dirigeant philippin avait rencontré pour la première fois Donald Trump, qui l’avait remercié pour son «extraordinaire hospitalité» et avait assuré les journalistes que les deux présidents avaient «de très bonnes relations».

Lire aussi : «Je suis votre humble ami» : changement de ton signicatif de Duterte face aux Etats-Unis ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.