Emmanuel Macron sur le conflit israelo-palestinien : «Les Américains sont marginalisés» (VIDEO)

Le 22 décembre 2017, Emmanuel Macron a reçu le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Lors d'une conférence de presse, le président français a estimé que les Américains étaient «marginalisés» dans le dossier israélo-palestinien.

Lors d’une conférence de presse qu’il a tenu conjointement le 22 décembre avec le président de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Emmanuel Macron a estimé que la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël marginalisait les Etats-Unis dans le dossier israélo-palestinien. «Les Américains sont marginalisés, j'essaye de ne pas faire de même», a-t-il déclaré.

A la question d'un journaliste sur l'éventualité d'une reconnaissance de l'Etat palestinien par la France, le président français a jugé que cette initiative ne serait pas «efficace». Selon lui, une telle décision serait en réalité une «réaction» à la décision américaine «qui a provoqué des troubles dans la région». Pour le président français, il ne faut «pas construire le choix de la France en réaction» à la politique américaine.

Mahamoud Abbas refuse toute initiative des Etats-Unis

Le leader palestinien a déclaré pour sa part qu'il n'accepterait «aucun plan de la part des Etats-Unis», ajoutant que ces derniers ne pouvaient prétendre à devenir «un médiateur honnête dans le processus de paix». «Israël est notre voisin, nous voulons faire la paix avec Israël, nous voulons vivre en paix avec Israël», a-t-il enfin réaffirmé.

La reconnaissance de Jérusalem par Donald Trump le 6 décembre 2017 a provoqué la désapprobation d'une grande partie de la communauté internationale. Le 8 décembre, deux jours après l'annonce américaine sur Jérusalem, le Conseil de sécurité avait  convoqué en urgence en signe de protestation face à la décision de Washington. Le 18 décembre, 14 des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont voté une résolution condamnant la décision de Donald Trump sur Jérusalem, contraignant alors les Etats-Unis à y opposer leur veto. 

Lire aussi : Le monde se révolte face à la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»