Victimes civiles en Syrie : la coalition américaine admet une frappe aérienne et promet une enquête

Victimes civiles en Syrie : la coalition américaine admet une frappe aérienne et promet une enquête
Illustration : un bâtiment brûle en banlieue de Deir ez-Zor en Syrie le 14 septembre 2017, photo©George OURFALIAN / AFP

Des médias syriens relatent qu'une frappe de la coalition occidentale a tué au moins 12 civils le 16 septembre 2017 près de Deir ez-Zor. Le commandement américain a annoncé l'ouverture d'une enquête après ce nouvel incident qui le concerne.

La coalition occidentale dirigée par les Etats-Unis a reconnu avoir mené un raid aérien dans la région de Deir Ez-Zor, le 16 septembre 2017, et annoncé qu'une enquête serait ouverte pour faire la lumière sur la mort de civils. Les frappes ont eu lieu sur la localité de Mayadin, à 40 kilomètres au sud-est de Deir ez-Zor, l'un des derniers bastion de Daesh dans la région.

Selon les médias syriens, au moins 12 civils ont péri suite à cette opération militaire, des femmes et des enfants, pour la plupart. Une vidéo mise en ligne, dont RT n'a pu vérifier l'authenticité montre des bâtiments très endommagés, ainsi que des corps de femmes et d'enfants.

Sollicitée par RT, la coalition a répondu dans un email que le raid avait bien eu lieu mais qu'il avait visé des combattants terroristes. «La forces de la coalition ont mené une frappe près de Mayadin contre une unité tactique de l'Etat islamique», a-t-elle précisé. Et d'ajouter : «Nous transmettons cette information à notre équipe dédiée aux victimes civiles pour évaluation.»

Ce n'est pas la première fois que les circonstances et le bilan humain des frappes de la coalition occidentales restent flous. «Depuis le début des opérations à Mossoul [en Irak, contre Daesh], je pense que nous avons perdu le compte des fois où les Etats-Unis voulaient prendre pour cible l'Etat islamique, et, soudainement, on constatait un carnage [parmi les civils]», confie à RT Ammar Waqqaf, directeur du think tank Gnosos, basé à Londres mais consacré à la Syrie et au Moyen-Orient. Après la victoire de l'armée irakienne, appuyée par l'aviation américaine à Mossoul en juillet 2017, RT avait pu filmer le chaos régnant dans cette ville du nord de l'Irak. Un mois plus tard, les secouristes tentaient toujours de dégager les corps des victimes des décombres, dans une odeur pestilentielle de cadavres en décomposition.

Après la perte de Mossoul, en Irak, puis de la majeure partie de Raqqa, en Syrie, début septembre 2017, Daesh tente de retarder la chute de l'un de ses derniers bastions, Deir ez-Zor. L'organisation terroriste fait face à deux offensives distinctes. Celle des Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition arabo-kurde appuyée militairement par la coalition occidentale, principalement concentrée sur Raqqa; et celle de l'armée régulière syrienne, appuyée par l'aviation russe, qui se concentre principalement sur Deir ez-Zor.

Lire aussi : Deir ez-Zor: plus de 50 combattants anti-Assad rendent les armes et rejoignent les troupes syriennes 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.