Mossoul : le nombre de réfugiés a explosé selon une ONG

Mossoul : le nombre de réfugiés a explosé selon une ONG Source: Reuters
Civil dans les ruines de Mossoul

Le Conseil norvégien des réfugiés publie un rapport alarmant sur la situation des civils à Mossoul. Outre les déplacements de population sans précédent auxquels les combats donnent lieu, la situation sanitaire des réfugiés s'avère désastreuse.

Le nombre de civils contraints de fuir les combats entre les troupes irakiennes et les djihadistes de l'Etat islamique dans la région de Mossoul a connu une augmentation sans précédent ces derniers jours. C'est un rapport de l'organisation non-gouvernementale Conseil norvégien des réfugiés (NRC) publié le 13 mai qui l'affirme. 

«Les dernières avancées des forces de sécurité irakiennes pour reprendre Mossoul des mains de l'Etat islamique ont provoqué ce qui est probablement la plus grande vague de déplacés depuis le début de l'année», estime l'ONG. Selon elle, «plus de 20 000 personnes sont arrivées au camp de déplacés de Hammam al-Alil le 11 mai, soit six fois plus que la veille».

Au total, ce ne sont pas moins de 500 000 personnes qui ont dû fuir la deuxième ville d'Irak depuis le lancement de l'offensive de l'armée irakienne, soutenue par la coalition internationale menée par les Etats-Unis, à la mi-octobre.

Des conditions sanitaires très précaires

«Tous ceux qui fuient la ville sont dans un état extrêmement fragile», constate une responsable de l'ONG, Heidi Dietrich. Elle pointe des problèmes de nutrition, notamment pour les nourrissons et les enfants. L'hôpital du camp de Hammam al-Alil a également traité le 12 mai davantage de blessures qu'aucun autre jour depuis son ouverture, il y a six semaines.

Après avoir reconquis la partie orientale de Mossoul, fin janvier, les forces irakiennes combattent les djihadistes de l'Etat islamique dans la partie occidentale de la ville en les repoussant dans la zone historique de la cité. Or, près de 250 000 civils vivent encore dans la vieille ville, selon les estimations de différentes organisations humanitaires. Ils se retrouvent ainsi piégés, parfois utilisés comme boucliers humains par les combattants de l'Etat islamique.

Lire aussi : Daesh aurait exécuté 140 civils qui tentaient de fuir Mossoul, selon les autorités kurdes irakiennes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»