Vote d'une résolution européenne pour geler les négociations d'entrée de la Turquie dans l'UE

Vote d'une résolution européenne pour geler les négociations d'entrée de la Turquie dans l'UE© Murad Sezer Source: Reuters

Les députés européens ont voté en faveur d'une motion non-contraignante visant à stopper provisoirement les négociations d'entrée de la Turquie dans l'Union. En cause : une réaction «disproportionnée» post-coup d'Etat dans le pays.

«Le Parlement européen condamne fermement les mesures répressives disproportionnées prises en Turquie depuis l'échec de la tentative de coup d'Etat militaire en juillet», indique la motion votée par 479 eurodéputés. 

Néanmoins, le texte stipule tout de même que la Turquie doit restée «ancrée» à l'Union européenne.

Les élus en faveur de cette résolution s'étaient exprimés cette semaine, s'inquiétant de l'état des droits de l'homme en Turquie. Recep Tayyip Erdogan, le président turc avait été qualifié d'«autocrate» cherchant à«détruire» l'Union européenne. Les eurodéputés ont affirmé qu'il était nécessaire de stopper toute négociation concernant l'entrée dans le bloc européen tant qu'Ankara ne fera pas plus d'efforts pour respecter les demandes européennes. 

Pour le ministre turc Omer Celik en charge des Affaires européennes, ce vote viole les valeurs du continent, et que le Parlement devait faire attention au langage qu'il utilisait lorsqu'il s'agissait de parler du président turc.

Le ministre des Affaires européennes de l'Union a lui publié un communiqué concernant ce vote, rappelant que seul le Conseil européen avait le pouvoir de prendre la décision de suspendre les négociations. 

Avant la session parlementaire, Recep Tayyip Erdogan avait déclaré que ce vote n'aurait «aucune valeur aux yeux de la Turquie, quelque soit le résultat». «Nous avons clairement prouvé que nous nous préoccupions plus des valeurs européennes que beaucoup de pays de l'Union, mais nous n'avons vu aucun soutien concret de nos amis occidentaux... Aucune des promesses n'a été tenue», a-t-il affirmé. 

Depuis le putsch manqué du mois de juillet dernier, plus de 35 000 personnes ont été arrêtées en Turquie et plusieurs dizaines de milliers de professeurs, policiers et magistrats, notamment, ont été limogés ou suspendus.

D'une ampleur inédite en Turquie, ces purges suscitent l'inquiétude de ses partenaires occidentaux et d'organisations de défense des droits de l'homme qui redoutent que l'état d'urgence en vigueur ne serve de prétexte pour réprimer toute voix dissidente.

Les autorités turques accusent Fethullah Gülen, prédicateur exilé aux Etats-Unis, d'être la tête pensante de ce coup d'Etat avorté, ce que l'intéressé dément.

Lire aussi : Adhésion de la Turquie à l'UE : le parlement européen doit se prononcer sur le gel des négociations

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.