L'Arabie saoudite condamne à mort un poète palestinien pour apostasie

Le poète palestinien Ashraf Fayyad.© Capture d'écran twitter
Le poète palestinien Ashraf Fayyad.

Pour avoir abandonné la foi musulmane, un poète palestinien s'est vu condamné à la peine de mort par un tribunal religieux saoudien.

Ashraf Fayyad a été arrêté par la police religieuse d'Arabie saoudite en 2013 à Abha, au sud-ouest du pays, puis de nouveau arrêté et jugé début 2014.

Le verdict du tribunal religieux a condamné l'homme à quatre ans de prison et à 800 coups de fouet, mais après l'appel d'un autre juge, c'est la peine de mort qui a été prononcée il y a trois jours, a déclaré le représentant de Human Rughts Watch au Moyen-Orient, Adam Coogle. 

Lire aussi : Arabie saoudite : un retraité anglais, malade, risque 360 coups de fouet pour de l'alcool

«Je l'ai lu dans les documents du procès et le verdict d'un tribunal inférieur en 2014, ainsi qu'un autre datant du 17 Novembre dernier. Il y est clairement stipulé que l'Homme sera condamné à mort pour apostasie», a déclaré Coogle.

Lire aussi : «Contre la loi islamique» : un diplomate saoudien refuse de discuter des droits des gays à l’ONU

L'aggravation de la condamnation de Fayyad se serait en fait basée sur le témoignage d'un membre de l'accusation qui a affirmé l'avoir entendu maudire Dieu, le Prophète de l'Islam Mohammed, ainsi que l'Arabie saoudite, le tout dans un reccueil de poèmes qu'il avait écrit 10 ans plus tôt.

Cette plainte provient d'un groupe de discussion culturel auquel le jeune-homme prenait part dans un café d'Abha. «Ce que dit M. Fayyad, c'est qu'il s'est disputé avec les autres membres du groupe», a indiqué M. Coogle.

Lors du premier procès, M. Fayad avait démenti que son ouvrage soit «blasphématoire», mais s'était quand même excusé. La cour n'avait alors «pas voulu le condamner à mort».

Le cas avait fait l'objet d'une procédure d'appel et a été renvoyé à la cour inférieure, où un autre juge a finalement invoqué la peine de mort le 17 Novembre dernier, affirmant que «le repentir, c'est pour Dieu».  

L'agence Reuters a tenté en vain de joindre le ministère de la Justice de l'Arabie Saoudite afin de commenter la décision.

Le système judiciaire de l'Arabie Saoudite se base sur la loi islamique de la charia et ses juges sont des clercs de l'école ultra conservatrice wahhabite. Dans l'interprétation wahhabite de la charia, les personnes accusées de crimes religieux, y compris le blasphème et l'apostasie, encourent la peine de mort.

Par ailleurs, les juges saoudiens ont un pouvoir très vaste et peuvent prononcer des peines en fonction de leur propre interprétation de la charia sans référence à des cas précédents. Un accusé reconnu coupable peut toutefois être gracié par le roi Salmane.

Lire aussi : L’Arabie saoudite battra-t-elle son record de 192 exécutions de condamnés à mort en 2015 ?

En Janvier 2015, l'écrivain saoudien libéral Raïf Badawi avait reçu 50 coups de fouet après sa condamnation à 10 ans de prison et à 1 000 coups de fouet pour blasphème. L'affaire avait suscité un tollé international.

En septembre dernier, l'Arabie saoudite, le pays le plus critiqué pour le statut qu’il reconnaît aux femmes, aux minorités et aux dissidents, a pris la tête du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU. 

En savoir plus : L’Arabie saoudite prend la direction du panel du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU

Ce choix a été vivement critiqué par la communauté internationale qui s’oppose toujours à ce que des pays qui ne sont pas réputés pour le respect scrupuleux qu’ils attachent aux droits de l’Homme accèdent à une position si importante.

Selon Amnesty International, 151 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite depuis le début de l'année, un record depuis 1995.

Le royaume saoudien figure parmi les pays qui exécutent le plus grand nombre de personnes avec la Chine, l'Iran et les Etats-Unis.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales