«Contre la loi islamique» : un diplomate saoudien refuse de discuter des droits des gays à l’ONU

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Ahmed Al-Jubeir© Carlo Allegri Source: Reuters
Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Ahmed Al-Jubeir

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré lors de la 70ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies que l’Arabie saoudite avait le droit de ne pas suivre l’agenda s’il va «…contre la loi islamique».

Adel Al-Jubeir a dit à l’Assemblée générale de l’ONU que «…la mention du sexe dans le texte pour nous signifie exactement un homme et une femme. La mention de la famille signifie “constituée d’un homme et d’une femme mariée“».

En savoir plus : L’Arabie saoudite prend la direction du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’homosexualité est illégale en Arabie saoudite, comme dans la plupart des pays du Moyen-Orient. Si quelqu’un est reconnu coupable d’avoir eu des relations sexuelles avec une personne du même sexe, elle encourt des peines qui peuvent être extrêmement sévères.

Selon la charia qui est appliquée dans le pays, un homme marié qui a pris part à la sodomie ou un non-musulman qui a pratiqué la sodomie avec un musulman peut être lapidé à mort. L’exécution, la castration chimique et l’emprisonnement figurent parmi les peines prévues pour les cas d’homosexualité.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales