«Plus d'armes à l'Ukraine, négocions maintenant» : des milliers de manifestants défilent à Rome

Des manifestants réclament la fin du conflit en Ukraine
Suivez RT France surTelegram

Alors que l'actuelle présidente du Conseil italien Giorgia Meloni n'entend pas revenir sur le soutien armé de l'Italie à Kiev, des milliers de manifestants ont défilé à Rome pour réclamer une approche basée sur la négociation.

Le 5 novembre, des milliers de manifestants ont investi les rues de Rome pour réclamer la fin du conflit en Ukraine par le biais de négociations. «Plus d'armes à l'Ukraine, négocions maintenant», «Arrêtez les sanctions», «Donnez une chance à la paix !», figuraient parmi les slogans scandés lors de cette mobilisation à laquelle a participé l’ancien Premier ministre et membre du Mouvement 5 étoiles Giuseppe Conte. Selon plusieurs médias italiens, cette mobilisation a rassemblé au moins 30 000 personnes. 

«Les armes ont été envoyées au début au motif que cela empêcherait une escalade», a déclaré un manifestant, Roberto Zanotto, cité par l'AFP. Et d'ajouter : «Neuf mois plus tard, il me semble qu'il y a eu une escalade. Regardez les faits : envoyer des armes n'aide pas à arrêter une guerre, les armes contribuent à alimenter une guerre.»

Parmi les pancartes, certains manifestants arboraient des drapeaux ukrainiens et des messages appelant le président russe Vladimir Poutine à «rentrer chez lui». D'autres protestataires affichaient par des slogans leur opposition à la politique de l'OTAN, alors que de nombreux symboles de paix étaient brandis par les manifestants.

Malgré les appels à mettre fin aux livraisons d'armes ou encore à cesser les sanctions contre la Russie, l'actuelle présidente du Conseil italien Giorgia Meloni a réitéré ses positions atlantistes et son soutien au président Volodymir Zelensky. La veille, les ministres des Affaires étrangères des Etats du G7, dont l'Italie, avaient promis de continuer à soutenir l'Ukraine, qui a déjà bénéficié de plusieurs aides, notamment dans le domaine militaire.  

Mais au sein même de la coalition de centre droit, la politique étrangère de l'Italie sur ce dossier divise : le leader de la Ligue Matteo Salvini, désormais vice-président du Conseil des ministres, avait affirmé en septembre dernier que les sanctions européennes prises à l'encontre de la Russie en réponse à son «opération spéciale» en Ukraine ne fonctionnaient pas et que les Italiens en subissaient directement les conséquences.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix