Violences contre la police et les pompiers : que se passe-t-il à Beauvais ?

Violences contre la police et les pompiers : que se passe-t-il à Beauvais ?© Philippe HUGUEN Source: AFP
Un policier à Beauvais, le 29 décembre 2016 (image d'illustration).

Depuis cinq jours, des actes de violences nocturnes incluant des jets de projectiles touchent différents quartier de la ville de Beauvais. Les forces de l'ordre et les pompiers ont été visés. Trois policiers ont été blessés.

Ce 5 mars, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin se rendront à Beauvais afin de rencontrer les forces de l'ordre du département de l’Oise. Une visite qui fait suite à une série d'actes de violences urbaines ayant lieu depuis le 28 février dans les quartiers Saint-Jean, Argentine et Soie-Vauban, et visant la police et les pompiers.

Le 28 février au soir, des policiers avaient été pris à partie par une trentaine d'individus dans le quartier Saint-Jean «avec caillassage de leurs véhicules, feux de poubelles et tir de feu d'artifice en leur direction», selon la maire Caroline Cayeux. Trois policiers ont été légèrement blessés – dont deux par des tirs de mortiers d'artifice – et l'un d'entre ayant reçu un projectile à l'épaule s'est vu délivrer une ITT de 3 jours, comme l'indique France 3. Un individu de 16 ans avait été placé en garde à vue mais a été libéré dès le lendemain en fin d'après-midi, «les preuves n'étant pas suffisantes pour que l'infraction soit constituée et que des poursuites pénales puissent être engagées», selon la procureure.

Le 1er mars, c'était au tour du quartier Argentine de connaître des violences nocturnes. Un véhicule de pompiers en intervention a été visé par des jets de projectiles, mais le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de l'Oise a indiqué que «l’officier à bord n’a heureusement pas été blessé», comme le rapporte également France 3.

Une réponse aux récentes opérations anti-drogues ?

Le lendemain, de nouveaux tirs de mortiers d'artifices ont été constatés dans ces quartiers selon LCI, et ce en dépit de l'arrivée d'un renfort de 64 CRS.

Le député et conseiller régional des Hauts-de-France Sébastien Chenu a publié sur Twitter une vidéo des incidents dans laquelle on entend un protagoniste crier «le Coran, tuez-les!». «Faut-il attendre un drame pour que Gérald Darmanin agisse?», s'est-il interrogé.

Une troisième nuit d'émeutes qui a également fait réagir le député et président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan qui s'est demandé quand les pouvoirs publics allaient «remettre de l’ordre dans ces quartiers et mettre fin à cette guérilla urbaine».

Le 3 mars, c'est dans le quartier de la Soie-Vauban que les forces de l'ordre ont été la cible d’une dizaine d’individus qui ont utilisé des mortiers d’artifice vers minuit-et-demi. Selon plusieurs sources policières citées par LCI, il n'y aurait eu ni dégradation, ni blessé.

La maire de Beauvais Caroline Cayeux considère que ces violences sont une réponse aux récentes opérations anti-drogues menées dans la ville de 60 000 habitants. «Depuis un certain temps, il y a un travail commun qui est mené contre les réseaux de drogue. Cela déstabilise sans doute les délinquants et les trafiquants mais nous n'allons pas renoncer, nous allons aller jusqu'au bout», a-t-elle déclaré à France 3.

Corinne Orzechowski, préfet de l'Oise, a par ailleurs décidé d'interdire par arrêté jusqu'au 2 mai la vente, le transport et l'utilisation des mortiers d'artifice à Beauvais. Une décision prise «en raison du recours quasi systématique à des tirs de mortiers à l'encontre des forces de l'ordre lors de ces confrontations», comme le rapporte L'Express.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»