Migrants : Le Slip Français dénonce la «xénophobie» après des réactions à un de ses partenariats

Migrants : Le Slip Français dénonce la «xénophobie» après des réactions à un de ses partenariats© Regis Duvignau Source: Reuters
Fabrication de sous-vêtements Le Slip Français à Saint-Antoine-Cumond, dans le département de Dordogne en 2013 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le Slip Français, marque de sous-vêtements fabriqués en France, s'est fendu d'un communiqué dénonçant la «haine et la xénophobie» après que la révélation de son partenariat avec une organisation de défense des migrants a fait réagir sur Twitter.

Depuis le 26 février 2021, le fabricant de sous-vêtements fabriqués en France, Le Slip Français, s'est attiré les foudres d'internautes et d'élus du RN après que le militant identitaire Damien Rieu a partagé sur Twitter des captures d'écran de son site internet annonçant que l'entreprise «reversera 5% de ses ventes» à la Fabrique nomade, une association d'insertion de «couturiers réfugiés et migrants».

Sitôt révélé, ce partenariat de l'entreprise, qui avait été au cœur d'une polémique en 2020 après que certains de ses employés s'étaient grimés en noir lors d'une soirée, a suscité nombre de réactions hostiles.

«Le [Slip Français] baisse son slip pour être dans le ton de la soumission, et verse 5% de ses bénéfices à une association pro-migrants», a notamment écrit sur Twitter l'eurodéputé RN Gilbert Collard.

Réagissant au tweet de Damien Rieu dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, l'entreprise s'est dite scandalisée par les «propos racistes et la haine» diffusés dans ces messages. «Le Slip Français prône des valeurs de respect, de tolérance et d'ouverture, et c'est en cela qu'il est français justement», a-t-on pu lire par ailleurs. «Si vous ne vous reconnaissez pas dans ce projet, cela ne vous autorise pas pour autant à diffuser des messages dictés par la haine et la xénophobie», conclut le texte.

En 2020, l'entreprise avait déclaré avoir convoqué des salariés, au cœur d'une polémique pour s'être livrés à un «blackface» lors d'une soirée, afin de les sanctionner. Cette réaction avait par ailleurs suscité un débat sur la légitimité d'un employeur à sanctionner ses salariés pour des comportements survenus dans un cadre privé et sous la pression des réseaux sociaux.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»