Reporters sans frontières appelle le Sénat à «garantir la liberté de la presse»

Reporters sans frontières appelle le Sénat à «garantir la liberté de la presse»© Bertrand GUAY Source: AFP
Gérard Larcher est le président LR du Sénat (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Reporters sans frontières appelle les sénateurs à supprimer l'article 18 et 24 des projets de loi contre le «séparatisme» et sur la «sécurité globale», insistant sur les risques qu'ils font peser sur les journalistes et la liberté de la presse.

Dans un communiqué publié le 17 février, Reporters sans frontières (RSF) demande au Sénat de supprimer l'article 18 du projet de loi «sur le séparatisme», adopté le 16 février à l'Assemblée nationale.

Pour le secrétaire général de RSF Christophe Deloire et le bâtonnier de l'ordre des avocats de Paris Olivier Cousi, cités dans ce communiqué, l'article 18 du projet de loi «confortant le respect des principes de la République» reprend, «sous une autre forme», le tout aussi controversé article 24 de la proposition de loi sur la sécurité globale, qui vise à interdire la diffusion malveillante d'images de membres des forces de l'ordre. L'organisation souligne «les risques que fait peser l’article 24 sur les journalistes et la liberté de la presse, à l’instar de l’article 18». «Le Sénat doit à présent examiner ces deux textes qui pourraient être fusionnés, RSF demande leur suppression», ajoute l'ONG.

Dans son argumentation, RSF estime en effet que «comme l’article 24, l’article 18 pourrait permettre que la diffusion d’images de membres des forces de l’ordre par des journalistes fassent l’objet de poursuites : des images de policiers dans l’exercice de leurs fonctions pourraient relever de ces "informations relatives à la vie professionnelle" qu’évoque le projet, et un procureur, saisi d’une plainte, pourrait chercher à démontrer qu’elles ont été diffusées par un journaliste dans l’intention de nuire».

Dans son communiqué, RSF estime qu'il faut davantage «lutter contre la diffusion, notamment sur internet, d’informations personnelles ou permettant l’identification des personnes dans le but de leur nuire», prenant pour exemple notamment l'affaire Samuel Paty. «Plutôt que de créer de nouveaux délits, rédigés d’une façon qui fait peser des risques pour la liberté de la presse, ce sont les dispositions relatives à la provocation et à l’incitation (à la violence, aux atteintes aux biens, à la haine ou la discrimination) qui devraient être complétées», appuie ainsi RSF qui propose «que la loi de 1881, dans ses articles sur la provocation et l’incitation, soit complétée par un alinéa permettant de prendre en compte la provocation aux crimes et aux délits, par la diffusion d'information personnelle ou permettant l'identification, accompagnée d’une exhortation expresse à commettre un crime ou délit».

RSF interpelle en outre les sénateurs pour qu'ils empêchent par la loi les «excès de pouvoir» des forces de l'ordre, afin d'éviter les éventuelles arrestations d’un journaliste «au motif qu’il filme ou prend des images dans une intention de nuire».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»