Tollé sur les réseaux sociaux après les propos polémiques de Castex au sujet de la colonisation

Tollé sur les réseaux sociaux après les propos polémiques de Castex au sujet de la colonisation© Ian Langsdon Source: AFP
Le Premier ministre Jean Castex en conférence de presse le 29 octobre. (Image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Le Premier ministre Jean Castex s'est demandé si la France devait s'«autoflageller, regretter la colonisation, je ne sais quoi encore». Des propos qui ont déclenché une polémique sur les réseaux sociaux.

Jean Castex a dénoncé le 1er novembre 2020 les «compromissions pendant trop d'années» avec l'islamisme radical et a demandé à la «communauté nationale» d'être «unie et fière» de ses valeurs pour mener le «combat idéologique» contre cet ennemi. «Le combat, il est idéologique : l'ennemi cherche d'abord à nous diviser en répandant la haine et la violence, à fracturer la communauté nationale», a averti le chef du gouvernement, invité du 20 heures de TF1.

C'est fini, plus aucune complaisance d'intellectuels, de partis politiques, il faut que nous soyons tous unis sur la base de nos valeurs, sur la base de notre histoire

«Je veux ici dénoncer toutes les compromissions qu'il y a eu pendant trop d'années, les justifications à cet islamisme radical : nous devrions nous autoflageller, regretter la colonisation, je ne sais quoi encore ?», a-t-il ajouté. 

«La première façon de gagner une guerre, c'est que la communauté nationale soit soudée, soit unie, soit fière de nos racines, de notre identité, de notre République, de notre liberté, il faut gagner le combat idéologique», a jugé le Premier ministre.  «C'est fini, plus aucune complaisance d'intellectuels, de partis politiques, il faut que nous soyons tous unis sur la base de nos valeurs, sur la base de notre histoire», a-t-il insisté.

Une polémique est née sur les réseaux sociaux

Ces propos n'ont pas manqué d'engendrer une polémique sur les réseaux sociaux. Ainsi, le député européen de Place publique, Raphael Gluksmann, a estimé sur Twitter que «les temps [étaient] trop graves pour ce genre de bouillie mentale au sommet de l’Etat».

Le journaliste et présentateur de l'émission La France oubliée sur RT France Didier Maïsto s'est demandé si la colonisation n'était plus «comme le disait Macron "un crime contre l’humanité"».

La militante féministe Caroline De Hass a jugé «terrifiant» les propos du Premier ministre.

«Pour le Premier ministre Jean Castex, regretter notre colonisation serait une justification de l’islamisme radical», s'est offusqué le journaliste Claude Askolovitch.

Le maire de Chalon-sur-Saône et vice-président national du parti Les Republicains, Gilles Platret a salué les propos du Premier ministre tout en pointant l'incohérence qui «règne au sommet de l’Etat».

Les propos de Jean Castex semblent en effet contredire les déclarations d'Emmanuel Macron à Alger le 13 février 2017. Le candidat d'En Marche ! avait affirmé que la colonisation était «un crime contre l'humanité», provoquant un tollé notamment à droite.

Dans un entretien au journal Le Point intitulé «Ce que je suis», le président de la République, alors candidat à la présidentielle, avait auparavant estimé qu’il y avait eu à la fois «des éléments de civilisation et des éléments de barbarie» dans la colonisation de l'Algérie. «Alors oui… en Algérie il y a eu la torture mais aussi l’émergence d’un Etat, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation», avait déclaré l’ancien ministre de l’Economie dans cette interview publiée le 23 novembre 2016. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»