Des routiers mettent en place des barrages filtrants entre la France et la Belgique

Des routiers mettent en place des barrages filtrants entre la France et la Belgique© Lucas Léger Source: RT France
Des routiers bloquent l'autoroute A22, au niveau de Rekkem, le 28 novembre 2019.

Réclamant un geste du gouvernement contre l'augmentation du prix du carburant, plusieurs organisations ont appelé à une grande mobilisation des transporteurs routiers du nord de la France sur les axes reliant l'Hexagone à la Belgique.

A l’appel de la fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) et de l’organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), les routiers du Nord et du Pas-de-Calais ont choisi ce 28 novembre pour se mobiliser afin de dénoncer une hausse de la fiscalité sur le carburant.

Selon la préfecture des Hauts-de-France et du Nord, la FNTR et l’OTRE ont décidé de réaliser deux actions. La première sur l’autoroute A2, au niveau de Saint-Aybert et la seconde sur l’A22 au poste-frontière de Rekkem.

D’après les images de notre journaliste sur place, Lucas Léger, le blocage a débuté tôt ce matin à Rekkem.

De nombreux routiers internationaux se sont ainsi retrouvés pris au piège.

Les routiers ont disposé sur leurs pare-brises des messages comme «Non au racket» ou encore «Stop au matraquage fiscal».

Ces opérations de blocage devraient se poursuivre toute la matinée pour protester contre la hausse de deux centimes par litre de gazole actuellement envisagée dans le projet de loi de finance.

Afin d’éviter tous débordements, la police belge a fait venir un canon à eau près du poste-frontière.

David Sagnard, membre de la FNTR, explique à RT France être venu pour «exprimer» une «colère [...] face à l’augmentation de la fiscalité sur les carburants qui va pénaliser les entreprises de transport, mais par ricochet également nos clients et le consommateur final».

«Cette hausse de la fiscalité, c’est 600 à 700 euros de plus par an et par véhicule. Le carburant, c’est 25 à 30% du prix de revient. Les répercussions de cette hausse seront difficiles, nous avons déjà des signaux d’alerte sur les comptes des entreprises », souligne Sébastien Rivera, lui aussi à la FNTR, à nos confrères de La Voix du Nord.

Toutefois, les véhicules des particuliers devraient pouvoir circuler. Une quarantaine de patrons d’entreprises de transports de la région se sont également donnés rendez-vous devant la préfecture du Nord, à 9h, afin de remettre les clefs de leurs camions au préfet. Néanmoins, aucun blocage n’est prévu devant l’édifice car, selon le délégué général de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) Nord Olivier Arrigault, interrogé par le quotidien régional, le but n’est pas d’«empêcher les gens de venir travailler, de faire leurs courses».

Cette mobilisation intervient une semaine pile avant le grand mouvement de protestation, prévu le 5 décembre, contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement et pourrait donc constituer l’Acte 1 d’une nouvelle mobilisation. Les routiers présents espèrent d'ici là un geste du gouvernement en leur sens. David Sagnard prévient : «On espère que le gouvernement fasse machine arrière par rapport à la volonté d’augmenter la fiscalité sur notre carburant [...] La semaine prochaine, si on reste devant un gouvernement autiste, on sera obligés d’organiser une nouvelle manifestation prévue cette fois au sud de Lille.»

Lire aussi : Le gouvernement tente d'amadouer les syndicats, à quelques jours d'une grève qui s'annonce massive

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»