Goulard à nouveau convoquée par le Parlement européen pour dissiper les «doutes» sur son intégrité

Goulard à nouveau convoquée par le Parlement européen pour dissiper les «doutes» sur son intégrité© FRANCOIS WALSCHAERTS Source: Reuters
Sylvie Goulard lors de son audition au Parlement européen le 2 octobre.

Les parlementaires ont jugé insuffisantes les premières réponses de la candidate à la Commission européenne. Elle est soupçonnée d'être impliquée dans une affaire d'emplois fictifs et a, par ailleurs, entretenu des liens avec un think tank américain.

Le Parlement européen a convoqué la candidate française à la Commission européenne, Sylvie Goulard, pour une seconde audition le 10 octobre, afin de lui permettre de dissiper les «doutes» subsistant sur son intégrité, a appris l'AFP auprès d'un groupe parlementaire.

«Sylvie Goulard a été convoquée pour une seconde audition de 9h30 à 11h au cours de laquelle 13 questions lui seront posées. Une décision sera prise ensuite sur son aptitude ou non à être nommée commissaire», a expliqué à l'AFP un porte-parole du groupe du Parti populaire européen (PPE).

Dans des propos rapportés à l'agence de presse, le chef d'un groupe politique s'est interrogé, sous couvert d'anonymat. Selon cette source, celle qui est pressentie pour briguer l'important portefeuille de commissaire responsable du marché intérieur, de l’industrie, du numérique, de la défense et de l’espace «doit expliquer pourquoi une enquête qui l'a contrainte à démissionner de son poste de ministre en France ne l'empêcherait pas de devenir commissaire européen».

Problème de ressources humaines

La candidate française a démissionné en juin 2017 de son poste de ministre des Armées après sa mise en cause dans une enquête judiciaire en France sur des emplois présumés fictifs d'assistants des eurodéputés du Mouvement démocrate (MoDem), son parti politique. L'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) a également ouvert une enquête sur la même affaire. Les deux procédures sont en cours, mais Sylvie Goulard n'a, jusqu'à présent, pas été mise en examen.

Sylvie Goulard a déjà remboursé 45 000 euros, somme qui correspond à huit mois de salaire d'un de ses assistants, pour lequel elle n'avait pu fournir aucune «preuve de travail». Niant tout «intention frauduleuse», l'intéressée avait expliqué, lors de son audition le 2 octobre, qu'il s'agissait là d'un «problème de ressources humaines».

Lire aussi : Emplois fictifs au MoDem : Sylvie Goulard entendue par la police judiciaire

Proximité avec un think tank américain

Des interrogations ont également été émises lors de sa première audition devant le Parlement européen sur ses activités ayant justifié d'importantes rémunérations obtenues entre 2013 et 2016 de l'institut Berggruen, un think tank américain fondé par le milliardaire germano-américain Nicolas Berggruen, alors qu'elle était députée européenne. En tant que consultante, elle aurait ainsi touché plus de 10 000 euros mensuels entre octobre 2013 et janvier 2016, alors qu'elle était eurodéputée.

Elle avait notamment expliqué que son objectif était d'«avoir accès a un certain nombre de personnes influentes» pour «faire avancer des idées». Devant le Parlement européen, elle a répondu sur un angle plus économique, assurant : «Je n'avais aucune relation d'aucune sorte avec les activités commerciales [du fondateur de cet institut].» 

Selon elle, l'OLAF aurait «examiné» s'il pouvait exister un conflit d'intérêts dans le cadre de son travail avec ce think tank. L'institution lui aurait alors écrit le 1er octobre  qu'aucun fait «corroborant les soupçons» n'avait pu être établi contre elle.

Lire aussi : Pourquoi la nomination de Sylvie Goulard à la Commission européenne fait-elle polémique ?

Refus de démissionner en cas de mise en examen

Après sa première audition, les députés européens lui ont demandé des explications par écrit sur ces points. Il lui ont notamment demandé si elle démissionnerait au cas où elle serait mise en examen dans l'enquête en France sur les emplois présumés fictifs des assistants des eurodéputés MoDem. Ses réponses écrites ont été jugées «insatisfaisantes» et ont conduit le Parlement à demander une seconde audition.

«Si je suis confrontée à des décisions judiciaires, telles qu'une mise en examen, je me demanderai si je peux continuer à exercer efficacement mon mandat», a écrit l'ancienne ministre des Armées dans ce document, obtenu par l'AFP. Elle a poursuivi en affirmant : «Je consulterai ensuite, conformément au code de conduite de la Commission, la présidente [de la Commission européenne Ursula von der Leyen] sur les mesures à prendre.»

La Française, désignée par le président français Emmanuel Macron, a néanmoins exclu de démissionner automatiquement de l'exécutif européen si ce scénario se matérialisait. Toutefois, elle s'engage «à démissionner» dans le cas où elle serait «condamnée par un jugement définitif pour une infraction relevant de l'exercice d'une fonction publique».

Les coordinateurs des groupes politiques se réuniront après l'audition de Sylvie Goulard pour décider si sa candidature peut être retenue ou non. La nouvelle Commission européenne doit entrer en fonction le 1er novembre.

Lire aussi : Emplois présumés fictifs : Sylvie Goulard se justifie, les eurodéputés pas convaincus

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»