Pourquoi la nomination de Sylvie Goulard à la commission européenne fait-elle polémique ?

Pourquoi la nomination de Sylvie Goulard à la commission européenne fait-elle polémique ?© CHARLES PLATIAU Source: Reuters
Sylvie Goulard le 31 mai 2017 (image d'illustration).

Impliquée dans une affaire d'emplois fictifs, Sylvie Goulard a été proposée par le président pour intégrer la commission européenne. Blanchie par le Parlement européen, son profil fait polémique, notamment pour son activité dans un think tank.

L'ancienne députée européenne La République en marche, ex-Modem, Sylvie Goulard est en passe de devenir une nouvelle commissaire européenne, sur proposition du chef d'Etat français Emmanuel Macron. Impliquée dans une affaire d'emplois fictifs d'assistants des eurodéputés du parti Modem, elle avait été pourtant contrainte à la démission un mois après son arrivée au gouvernement au ministère des Armées, en juin 2017, «pour être en mesure de démontrer librement [sa] bonne foi». En revanche, Emmanuel Macron semble convenir qu'elle serait une personnalité idoine à Bruxelles et Strasbourg.

Désormais proche de la Commission, elle vient d'ailleurs d'être blanchie par le Parlement européen, comme l'a fait savoir le 30 août le service de presse de celui-ci. L'enquête judiciaire sur ce dossier se poursuit néanmoins en France où d'anciens assistants parlementaires et quelques eurodéputés ont été auditionnés. 

Malgré tout, elle pourrait avoir à s'expliquer lors de son examen de passage d'ici fin octobre devant le Parlement européen sur son activité pour un thinktank américain. Un travail grassement rémunéré alors même qu'elle était eurodéputée. Dans sa déclaration d'intérêt, que chaque eurodéputé doit présenter au Parlement européen, Sylvie Goulard a en effet renseigné entre 2013 et 2016 un rôle de «conseillère spéciale» auprès du «Berggruen Institute for governance» pour plus de 10 000 euros brut par mois. Ce montant est supérieur à son indemnité parlementaire d'environ 8 700 euros bruts. Elle mentionnait également, selon Checknews, «avoir touché 2 990 euros en 2013 pour une conférence organisée par le groupe de presse économique et financière, Agefi».

Il s'agit d'une affaire «gravissime», estime une source proche de la majorité contactée par l'AFP, qui juge cette nomination «extrêmement risquée».

«Elle a quand même touché une rémunération élevée d'un think tank américain pour un travail dont on attend de savoir la réalité», s'étonne pour l'AFP le député européen écologiste Yannick Jadot, quand l'ancien eurodéputé de Génération.s Guillaume Balas, se demande comment un parlementaire européen «peut avoir le temps de faire autre chose». «Quand la rémunération est supérieure à l’indemnité, vous travaillez pour qui ?», s'interroge-t-il.

Le think tank en question, créé en 2010 par Nicolas Berggruen, un milliardaire américain et allemand, est une organisation à but non lucratif dont l'objectif est de réfléchir à «la manière de remodeler les institutions politiques et sociales».

Lire aussi : Soupçons d'emplois fictifs : le domicile d'un proche de François Bayrou perquisitionné

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»