Emplois fictifs au MoDem : Sylvie Goulard entendue par la police judiciaire

- Avec AFP

Emplois fictifs au MoDem : Sylvie Goulard entendue par la police judiciaire© bertrand GUAY Source: AFP
Sylvie Goulard assiste à Paris à la cérémonie marquant le 77e anniversaire du discours du 18 juin 1940 du général de Gaulle.

Peu avant sa nomination au poste de commissaire européenne, l'ancienne députée européenne a été entendue par la police judiciaire dans le cadre de l’enquête sur des soupçons d'emplois fictifs des assistants parlementaires d'eurodéputés MoDem.

Sylvie Goulard, désignée commissaire européenne au «Marché intérieur», a été entendue dans la matinée du 10 septembre par les policiers de l'Office central de Lutte contre les Infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre. La désignation de Sylvie Goulard par Emmanuel Macron pour occuper ce poste avait provoqué quelques grincements de dents en raison de son implication présumée dans l'affaire d'emplois fictifs d'assistants des eurodéputés du parti MoDem.

Elle avait dû quitter son poste de ministre des Armées un mois à peine après sa nomination en 2017, en raison de cette affaire qui a également provoqué le départ des centristes François Bayrou et Marielle de Sarnez. Sylvie Goulard a remboursé 45 000 euros brut au Parlement européen, d’après un article du Point. Cette information avait été confirmée par l'entourage de la nouvelle commissaire européenne.

Ce remboursement correspond aux salaires et aux charges de son assistant parlementaire Stéphane Thérou et «concerne la période d'emploi de l'assistant du 1er juillet 2014 au 28 février 2015», avait précisé une source proche de l'enquête judiciaire française.

Le 30 août, le Parlement européen avait clos cette affaire, sans préciser le montant du remboursement. «Il y a des irrégularités administratives mineures notées, non systématiques et non intentionnelles. Le remboursement lié à cette affaire a été effectué», avait alors déclaré une porte-parole interrogée par l'AFP.

Lire aussi : Soupçons d'emplois fictifs : le domicile d'un proche de François Bayrou perquisitionné

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»