La communauté asiatique ciblée par des vagues d'agressions en banlieue parisienne (ENTRETIEN)

La communauté asiatique ciblée par des vagues d'agressions en banlieue parisienne (ENTRETIEN)© Capture d'écran @GoogleMaps
Un quartier de Vitry-sur-Seine (image d'illustration).

Quatre personnes accusées d'avoir détroussé avec violence des personnes d'origine asiatique ont été arrêtées. Sun Lay Tan, porte-parole de l’association Sécurité pour tous, déplore les agressions visant la communauté en région parisienne.

«Tous les deux jours, une agression touche des personnes d’origine asiatique», dénonce Sun-Lay Tan, porte-parole de l'association de défense de la communauté asiatique Sécurité pour tous, qui fédère une vingtaine d'organisations, alors que quatre personnes accusées d'une vague d'agressions à Vitry-sur Seine (Val-de-Marne) viennent d'être arrêtés. 

Selon le représentant de l'association, en contact avec la police pour recueillir des informations sur l'affaire, les jeunes hommes casqués se déplaçaient en scooter de location ou en voiture, et arrachaient les sacs à main de leurs victimes, visées parce qu'ayant des traits asiatiques. Les agresseurs s'en sont pris à 17 personnes, selon la police, mais un appel à témoin diffusé massivement dans la communauté asiatique laisse penser qu'une trentaine de personnes auraient été agressées ces derniers mois par ce groupe-là. Les faits ont été commis de janvier à mai 2019 dans le 13e arrondissement de Paris, à Vitry-sur-Seine et Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). L'un des suspects est mineur mais il n'a pas été relâché à l'issue de la garde à vue, contrairement à la pratique courante. «Le parquet estime que les faits sont suffisamment graves pour ne pas le relâcher. La qualification juridique est passée de délit à crime car c'était une bande organisée», poursuit Sun-Lay Tan.

Tous les deux jours, une agression touche des personnes d’origine asiatique

Des violences accompagnaient le plus souvent les vols, «que la victime oppose une résistance ou non», précise Sun-Lay Tan. L'une d'elle a reçu cinq jours d’interruption temporaire de travail (ITT) à la suite des coups infligés. D'autres personnes agressées ont fait des chutes violentes, ont été traînées au sol.

Les agresseurs considèrent à tort que les Chinois transportent des espèces

Pourquoi cibler des personnes d'origine asiatique ? «C’est un raisonnement qui conduit à penser que le Chinois doit être attaqué, non pas parce qu'on ne l'aime pas, mais parce qu'il est censé avoir de l'argent. C'est différent du racisme anti-arabe ou anti-juif par exemple, mais il y a tout de même un préjugé», explique Sun-Lay Tan. «Pourtant souvent, le butin n'est que de 20 à 50 euros, il y a très peu d'argent à la clé. Un cliché véhicule que les Chinois ont beaucoup d’espèces sur eux, mais c'est faux. Les attaques n'ont pas visé des touristes mais des personnes modestes qui vivent dans les quartiers populaires.»

Les gens de la communauté ont peur, ont bien compris qu'il y avait une menace

A Vitry, l'insécurité crispe la communauté et les victimes éprouvent une peur constante. «Une dame agressée fait des détours, se fait raccompagner, évite de rentrer tard le soir... Avant elle marchait jusqu'à l'arrêt de bus, maintenant, elle prend deux bus de différents pour éviter de déambuler dans la rue. Les gens de la communauté ont peur, ont bien compris qu'il y avait une menace, et ils restent vigilants, même si ça ne diminue pas le nombre d'agressions. On s’organise pour accompagner les gens à leur domicile, pour aller porter plainte chez le médecin, pour assister lors des dépositions», explique Sun-Lay Tan.

Depuis des années, les agressions se multiplient envers les personnes d'origine asiatique, qui sont parfois victimes de car-jacking ou d'effraction de domicile. A Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), un gang de 11 hommes a été arrêté en octobre 2018, soupçonné d'avoir agressé 13 personnes. Les agressions ont été fatales à un homme, Chaolin Zhang, un couturier de 49 ans, qui a succombé à ses blessures en août 2016, cinq jours après avoir été agressé par deux jeunes à Aubervilliers. Quelques jours après sa mort, près de 2 000 personnes d’origine chinoise sont descendues dans les rues de la ville de banlieue pour crier leur colère face aux agressions répétées qui les visent. Les deux coupables, arrêtés, ont été condamnés en juin 2018 à dix et quatre ans de prison.

Notre objectif est qu'une peine exemplaire soit prononcée à leur encontre

Les autorités judiciaires et policières prennent-elles au sérieux cette menace qui pèse sur les personnes d’origine asiatique ? «Ça se passe très bien avec les policiers. Ils nous donnent beaucoup d’informations pour qu’ils puissent retrouver le maximum d'agresseurs. La prise de plainte a fait beaucoup de progrès, et de manière générale, nous recevons un bon accueil des commissariats. Par ailleurs, les différentes brigades coopèrent et cela permet de faire des recoupements. Par exemple, un gang d'Aubervilliers qui agressait des victimes à Vitry a pu récemment être arrêté», poursuit le porte-parole de Sécurité pour tous. 

Aujourd'hui, les personnes mobilisées au sein de son association espèrent une condamnation lourde pour les agresseurs de Vitry. «Notre objectif est qu'une peine exemplaire soit prononcée à leur encontre, pour que les délinquants cessent de penser qu'agresser un Asiatique n'est pas grave. Sinon, à l’arrivée de l'été, on est sûr que ça va reprendre, et s'il n'y a pas de mort, c’est vraiment un miracle», conclut Sun-Lay Tan.

Lire aussi : Paris : la communauté asiatique manifeste contre les agressions (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»