Un mème de Jawad bat des records de vues sur Twitter, des familles de victimes s'indignent

Un mème de Jawad bat des records de vues sur Twitter, des familles de victimes s'indignent© Jacques Demarthon Source: AFP
Jawad Bendaoud le 21 novembre 2018 à Paris (image d'illustration).

Jawad Bendaoud est une nouvelle fois la star des réseaux sociaux : une séquence diffusée sur France 2 où il se présente devant les caméras de télévision a franchi l'Atlantique, devenant un mème visionné des millions de fois. Une viralité qui indigne.

Déjà auteur malgré lui d'un des mèmes – images humoristiques déclinées massivement sur internet – les plus répandus dans l'Hexagone lors de son arrestation le 18 décembre 2015, Jawad Bendaoud fait à nouveau parler de lui par le truchement d'Internet. Cette fois, ce sont des images diffusées au 20 heures de France 2 le vendredi 29 mars, illustrant sa condamnation à quatre ans de prison pour avoir hébergé des djihadistes responsables des attaques du 13-Novembre, qui font le miel des utilisateurs de Twitter. 

La vidéo, dans laquelle Jawad Bendadoud se présente devant les caméras regard noir et torse bombé, est ainsi quasi-instantanément devenue un mème et a dépassé les frontières en étant amplement relayée aux Etats-Unis. Résultat : elle a atteint plus de 160 millions de vues, selon des chiffres relayées par l'AFP, devenant la séquence la plus visionnée de 2019 et l'une des plus les plus vues de l'histoire de Twitter.

Le premier tweet relayant précisément la séquence vidéo avait pour légende «caption this [sous-titre ça]», une pratique de plus en plus courante sur Twitter, invitant à donner une légende drôle aux images.

Cette attention médiatique exceptionnelle a suscité l'ire de l’association association de victimes et familles de victimes des attentats du 13 novembre 2015, Life for Paris. Dans un communiqué diffusé ce 9 avril, elle déplore «la «starification» de Jawad Bendaoud. «Ces faits et ce personnage ne font pas rire Life for Paris. Ils ne devraient faire rire personne», poursuit l'association, fustigeant un «retournement inouï de nos valeurs».

Lire aussi : Assaut de Saint-Denis : malgré les trois condamnations, des victimes déplorent des zones d'ombre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»