Ruffin se pose en médiateur face à Macron pour résoudre la crise des Gilets jaunes

Ruffin se pose en médiateur face à Macron pour résoudre la crise des Gilets jaunes© STR / AFP Source: AFP
François Ruffin le 29 novembre 2018, sur la place de la République, à Paris (image d'illustration).

Lors d'un pique-nique à Paris, le député La France insoumise, déclinant l'invitation du Grand débat à l'Elysée, a proposé d'être médiateur pour apaiser les tensions entre le président et les Gilets jaunes, autour de la négociation de quatre mesures.

Refusant de se rendre au 14e Grand débat national dédié aux 170 élus des Hauts-de-France invités à l'Elysée, le député de La France insoumise (LFI) de la Somme François Ruffin a organisé son contre-événement autour d'un pique-nique parisien près de l'Elysée, ce 29 mars. Il en a profité pour se poser en médiateur de la crise des Gilets jaunes, en demandant à Emmanuel Macron de «négocier» sur quatre points phares.

«Je ne me voyais pas deviser courtoisement autour de nappes blanches, de petits fours, de vaisselle à 500 000 euros et sur une moquette à 500 000 euros également, pendant qu'il y a le gel des pensions et des allocations pour tous les gens de mon coin», s'est-il justifié, aux côtés de quelques Gilets jaunes, intérimaires, anciens salariés de Prima, sous-traitants de Whirlpool, tous venus de Picardie.

«Le débat dure maintenant depuis un bail et les points de réclamation des Gilets jaunes  sont très clairs», a-t-il affirmé, expliquant que la première, la demande sociale, consistait à obtenir la TVA à 0%. La seconde demande des Gilets jaunes, de nature fiscale, étant le retour de l'ISF. La troisième exigence, de type démocratique, porte sur le référendum d'initiative populaire (RIC) et la quatrième, judiciaire, concerne l'amnistie des Gilets jaunes.

«Si on a un président de la République responsable, qui a la forme de sagesse qu'il demande aux manifestants, il doit négocier, être médiateur», a-t-il poursuivi, en allusion aux propos du chef de l'Etat français à l'égard de Geneviève Legay, la militante d'Attac de 73 ans, victime de plusieurs fractures du crâne à la suite d'une charge des policiers le 23 mars lors du rassemblement des Gilets jaunes à Nice. Il s'était permis de conseiller à la manifestante septuagénaire davantage de «sagesse».

«Il faut négocier, trouver des compromis et des solutions permettant de rétablir la paix dans ce pays le samedi et les autres jours [...] Je ne suis pas de ceux qui sont heureux que des Français tapent sur des Français tous les samedis, qu'ils portent un gilet jaune ou l'uniforme», a martelé François Ruffin.

«C'est la position de médiateur que je réclame, que je souhaite et que je joue ici», a-t-il ajouté, en expliquant être venu avec des citoyens, en difficulté sociale, dans cette optique.

Lire aussi : «J’veux du soleil»: Ruffin annonce la sortie de son prochain film consacré aux Gilets jaunes (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»