Vidéo de la tuerie de Christchurch : le CFCM porte plainte contre Facebook et YouTube

Vidéo de la tuerie de Christchurch : le CFCM porte plainte contre Facebook et YouTube© Edgar Su Source: Reuters
Une femme rend hommage aux victimes de la tuerie de Christchurch devant la mosquée Al-Noor, en Nouvelle-Zélande, le 23 mars 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dix jours après la tuerie de Christchurch, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a porté plainte contre les filiales françaises de Facebook et de YouTube pour «diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme».

Ce 25 mars, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé qu'il portait plainte contre Facebook France et YouTube France pour la diffusion du massacre de 50 fidèles musulmans par un extrémiste australien à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

L’association représentative des musulmans de France accuse les deux géants des réseaux sociaux d’avoir diffusé un «message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d'être vu ou perçu par un mineur», cite l’AFP, qui précise détenir une copie de la plainte envoyée au procureur de la République de Paris.

Le CFCM affirme que les «actes de terrorisme étaient maintenus» sur Facebook «29 minutes après le début» de leur diffusion, avant que les modérateurs de Facebook ne les retirent, «minutes durant lesquelles des mineurs ont eu accès à ce film, et notamment des mineurs de confession musulmane, profondément traumatisés par ce film». Comme le rapporte l'AFP, les faits reprochés à Facebook et YouTube sont passibles de trois ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.

Pendant qu'il perpétrait son carnage, l'auteur de l'attaque terroriste dans deux mosquées de Christchurch, Brenton Tarrant, portait une caméra corporelle et diffusait les images en direct sur les réseaux sociaux. Avant qu'elle ne soit supprimée par Facebook, la vidéo a été partagée des millions de fois sur la toile.  

Cible de critiques, le géant des réseaux sociaux avait alors été contraint de réagir : «Au cours des 24 premières heures, nous avons retiré dans le monde 1,5 million de vidéos de l'attaque, dont plus de 1,2 million bloquées lors de leur téléchargement», avait expliqué réseau social américain dans une série de tweets.

Lire aussi : «Coup de massue à la liberté d'expression» : l'Inde veut légiférer sur les réseaux sociaux

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix