En France, les opposants à Abdelaziz Bouteflika poursuivent la mobilisation

En France, les opposants à Abdelaziz Bouteflika poursuivent la mobilisation © Geoffroy VAN DER HASSELT Source: AFP
Des manifestants participent le 17 mars 2019 à un rassemblement place de la République à Paris, pour protester contre la décision d'Abdelaziz Bouteflika de reporter l'élection présidentielle.

A la faveur d’un nouveau rassemblement place de la République à Paris, plusieurs milliers de Franco-algériens et d’Algériens établis en France ont exprimé ce 17 mars leur opposition à la prolongation du quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

Plusieurs milliers d’Algériens et de Français d’origine algérienne ont une nouvelle fois protesté ce 17 mars, place de la République à Paris, contre la décision d’Abdelaziz Bouteflika de reporter l'élection présidentielle et de prolonger de facto son mandat actuel. Selon la préfecture de police de Paris, ils étaient 9 000 à exiger notamment la fin du «système». Le président algérien avait annoncé ce 11 mars qu'il renonçait à briguer un cinquième mandat à la tête du pays. Initialement prévue pour le 18 avril, l'élection présidentielle a quant à elle été reportée sine die. Sa décision intervenait après un peu moins d'un mois de manifestations massives et pacifiques contre sa candidature.

«On veut que tout le monde parte. Le président, lui, est mort depuis longtemps. On sera là jusqu'à la victoire du peuple. Le vendredi, c'est à Alger, le dimanche c'est à Paris !», explique à l’AFP, Rajaa Bensaid, qui se dit persuadée qu’«une issue pacifique» à la crise algérienne est possible. «On ne veut pas de prolongation», s'insurge-t-elle.

Rassemblements à Bordeaux, Marseille ou encore Saint-Etienne

En dehors de Paris, plusieurs rassemblements ont été organisés le même jour en province. A Marseille, où la communauté algérienne est très importante, 200 personnes se sont rassemblées au niveau du Vieux-Port, selon l'AFP. 

Dans le sud-ouest, à Bordeaux, environ 300 personnes étaient rassemblées pour le second dimanche consécutif d'après un décompte de l'AFP.

De même source, 500 personnes ont défilé à Saint-Etienne. 

Depuis l’officialisation de la candidature du chef de l'Etat algérien à l'élection présidentielle à la mi-février, les mouvements de protestation se sont multipliés en Algérie. Son renoncement n'a pas pour autant calmé les esprits. L'idée d'une transition menée par le pouvoir est rejetée par une grande partie de la population algérienne, comme en témoignent les dernières mobilisations massives en Algérie les 1er, 8 et 15 mars

Lire aussi : Crise politique en Algérie : une centaine de Franco-algériens appellent Macron à revoir sa position

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»