Eure : barrages de gendarmerie et mobilisation des Gilets jaunes avant l'arrivée de Macron

Eure : barrages de gendarmerie et mobilisation des Gilets jaunes avant l'arrivée de Macron© CHARLY TRIBALLEAU Source: AFP
Des journalistes et des gendarmes à Grand-Bourgtheroulde, le 15 janvier 2019, où Emmanuel Macron doit se rendre à 15h pour lancer le grand débat national.

Alors que le président de la République est attendu à Grand Bourgtheroulde pour lancer le grand débat national, plusieurs barrages de gendarmerie ont été observés aux abords de la ville et de nombreux Gilets jaunes se sont déjà réunis.

Le chef de l'Etat Emmanuel Macron doit lancer le grand débat national ce 15 janvier à 15h, à Grande Bourgtheroulde (Eure), lors d'un échange avec plus de 600 maires des cinq départements de Normandie.

Un journaliste du Point a constaté en fin de matinée que, pour accéder à la commune, il fallait passer «plusieurs barrages de gendarmerie».

Le reporter, Olivier Pérou, a également relayé des images donnant l'impression d'une ville fantôme, dont les banques et commerces ont les devantures barricadées et dont les parkings sont «déserts, ou presque», en fin de matinée.

Un autre journaliste a relevé un grand nombre de membres des forces de sécurité dans les rues de Grand Bourgtheroulde, dans l'attente de la venue du chef d'Etat. «La vie tourne au ralenti», constate-t-il, ajoutant : «[Les] Gilets Jaunes sont passés par les champs pour arriver au centre ville.»

En début d'après-midi, des manifestants ont été bloqués par un cordon policier.

Lire aussi : Jour J pour le grand débat national

Des Gilets jaunes auraient reçu «l’ordre de retirer leur gilet»

Dans la matinée, une reporter du Monde, Aline Leclerc, a fait état de contrôles d'identité aux abords de la commune : «Les gendarmes ne font pas que vérifier les pièces d’identité, ils les prennent en photo», rapporte-t-elle. Selon la journaliste, les Gilets jaunes «reçoivent l’ordre de retirer leur gilet "sous peine de 135 euros d’amende». 

Comme l'a précisé par la suite le site CheckNews de Libération, la journaliste a affirmé ne pas avoir entendu directement ce chiffre, qui proviendrait en fait du témoignage d'un Gilet jaune, qui n'a pu être recoupé. La journaliste du Monde s'est basée sur le témoignage d'une consœur de RMC, qui dit avoir entendu l'ordre de retirer le gilet jaune, mais pas le montant de 135 euros.

France-Soir a contacté la brigade de gendarmerie de Grand Bourgtheroulde à ce sujet, qui lui aurait confirmé l'information : «Cette mesure n'est applicable que ce [15 janvier] dans le cadre de la visite du président de la République.»

Pourtant, dans l'après-midi, la préfecture, citée par Libération assure qu'aucune consigne en ce sens n'a été donnée aux gendarmes. «Si c’est arrivé, il s’agit d’un cas isolé, et pas d’une généralité»

En savoir plus : Macron à Bourgtheroulde : une amende pour port du gilet jaune ? La préfecture dément toute consigne

La reporter Aline Leclerc a en outre filmé la mobilisation de nombreuses personnes, parmi lesquelles certaines portaient des gilets jaunes, aux abords de la ville à midi. 

De même, un compte Twitter dépendant de la radio locale Tendance Ouest a relayé des images de Gilets jaunes allumant un bûcher à «1,5km du centre» de Grand Bourgtheroulde.

Lire aussi : Grand débat national : en quoi consistent les kits fournis aux organisateurs locaux ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter