Macron au G20 : «Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ils veulent le chaos»

Macron au G20 : «Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ils veulent le chaos»© MARCOS BRINDICCI Source: Reuters
Le président français Emmanuel Macron au sommet des dirigeants du G20 à Buenos Aires (Argentine) le 30 novembre 2018.

Alors qu'en France des milliers de Gilets jaunes ont manifesté toute la journée et que de nombreux affrontements ont eu lieu causant d'importants dégâts, notamment à Paris, Emmanuel Macron s'est exprimé depuis Buenos Aires où il participe au G20.

En direct de Buenos Aires, en Argentine, où il participe au 10e sommet du G20, le président de la République a tenu une conférence de presse.

A la fin de son discours, il a évoqué les Gilets jaunes, précisant cependant qu'il n'accepterait aucune question à ce sujet. «Aucune cause ne justifie que des forces de l'ordre soit attaquées ou l'Arc de Triomphe soit souillés», a déclaré le président français, ajoutant : «Ce qui s'est passé aujourd'hui à Paris n'a rien à voir avec l'expression pacifique d'une colère légitime», en référence aux violences qui ont eu lieu dans la capitale française ce 1er décembre.

«Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ils veulent le chaos. Ils trahissent les causes qu'ils prétendent servir», a dénoncé Emmanuel Macron pointant les personnes qui se sont livrées à des actes de violence et de pillage. Le président a également prévenu qu'«ils seront identifiés et poursuivis». «Dès demain matin à mon retour, je convoquerai une réunion avec le Premier ministre, le ministre de l'Intérieur», a-t-il notamment annoncé, et le président de conclure : «Je n'accepterai jamais la violence.»

Simultanément en France, la mobilisation des Gilets jaunes a donné lieu à une explosion de violence dans plusieurs villes, notamment à Paris, où plusieurs quartiers sont en proie aux dégradations, à des incendies et à des scènes de chaos.

Vers 17h, le bilan était d'ores et déjà bien plus lourd que lors de la précédente mobilisation parisienne du 24 novembre : 92 blessés étaient recensés, dont 14 parmi les forces de l'ordre. Une voiture de police a par ailleurs été incendiée. Vers 18h, 205 personnes avaient été interpellées à Paris. 

Lire aussi : «Marre de donner toujours aux riches» : témoignages de Gilets jaunes à Paris (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»