«Marre de donner toujours aux riches» : témoignages de Gilets jaunes à Paris (VIDEOS)

«Marre de donner toujours aux riches» : témoignages de Gilets jaunes à Paris (VIDEOS)© Nadège Abderrazak RT France
Un graffiti sur l'Arc de Triomphe.

Si la mobilisation de ce 1er décembre est marquée par des débordements qui sont le fait d'une minorité de casseurs, le mot d'ordre politique n'en demeure pas moins présent pour la majorité. RT France donne la parole aux Gilets jaunes.

Malgré les heurts qui ont éclaté dans la capitale, les Gilets jaunes restent déterminés à se faire entendre et à ne pas laisser leurs revendications être éclipsées par les débordements provoqués par les casseurs. Parisiens ou provinciaux montés à Paris pour l'occasion, ils livrent leur témoignage à RT France et expriment les raisons de leur participation à ce mouvement auquel un nombre croissant de Français apportent leur soutien.

«Sur ma pension d'invalidité, ils m'ont retiré 15 euros, et à mon mari 50 euros», explique cette manifestante qui est montée de province pour participer à son premier rassemblement parisien. Remontée contre la politique sociale du gouvernement, elle se désole avant tout de la hausse de la CSG.

Daniel, arrivé très tôt sur place, raconte les fouilles qu'il a subies pour pouvoir accéder au Champs-Elysées. Avant que les débordements n'éclatent, il disait espérer que tout se déroule dans le calme. «On est là pour faire voir notre mécontentement», ajoute-t-il.

Martine, venue de Bretagne, «terre de résistance», précise-t-elle, a tenu à se rendre à Paris, «parce que la révolution s'est toujours passée à Paris». Commentant la supposée orientation politique des Gilets jaunes, elle affirme que l'essentiel pour les Français de droite comme de gauche reste, selon elle, le mot d'ordre «tous ensemble !». 

Malgré son handicap qui le contraint à se déplacer en fauteuil roulant, Michel, 73 ans, est venu de Dijon. Cadre à la retraite, il estime que l'«ensemble du travail fait par [les] dirigeants» est contraire aux «intérêts de la population». «Ceux qui profitent, c'est ceux qui se trouvent au pouvoir», se désole-t-il.

«Je viens pour défendre mon pouvoir d'achat et celui de mes enfants plus tard», explique Christian, venu de l'Eure. Témoignant au moment des premiers heurts avec les forces de l'ordre, il disait alors espérer que la manifestation ne soit pas le théâtre de débordements.

«Marre de payer des taxes», s'indigne Leslie, qui vient de la région d'Agen avant de préciser :  «Marre de donner toujours aux riches : nous on trime, on ramène de l'argent et on compte les fins de mois.»

«Donner aux riches et prendre aux pauvres comme ça, ça ne peut plus durer», explique ce cheminot anonyme.

«Je touche 430 € de retraite, j'ai mes poules et mon jardin pour vivre, mais ça met pas du beurre dans les épinards», commente Jean-Baptiste, venu de Beauvais.

Rémi de Dijon, fonctionnaire, veut croire quant à lui que les forces de l'ordre se joindront au mouvement.

«Je trouve ça complètement aberrant de mettre une taxe carbone alors qu'on supprime plein de petites lignes de train», s'inquiète Julie, 28 ans, professeur des écoles à Nanterre.

Si le gouvernement assure, chiffres à l'appui, que le mouvement perd de l'ampleur, il semble que les Gilets jaunes rallient le soutien d'un nombre croissant de Français, selon un récent sondage. Lancé il y a plusieurs semaines pour contester l'augmentation des taxes sur plusieurs carburants, la finalité de ce mouvement de contestation s'est rapidement étendue jusqu'à se transformer en une fronde sociale face à laquelle l'exécutif peine à trouver une réponse adéquate.

Lire aussi : Gilets jaunes à Matignon : l'histoire d'un bide au sommet

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter