Scènes de chaos à Paris : la manifestation des Gilets jaunes s'achève après les heurts (EN CONTINU)

Scènes de chaos à Paris : la manifestation des Gilets jaunes s'achève après les heurts (EN CONTINU)© Jonathan Moadab / RT France

Pour le troisième week-end consécutif, la mobilisation des Gilets jaunes a été très importante à Paris, ce 1er décembre. Forces de l'ordre et manifestants se sont affrontés violemment aux abords des Champs-Elysées.

Mise à jour automatique
  • La page Facebook Gilet Jaune 2018 a relayé la vidéo d'un retraité en gilet jaune qui se serait pris un flash-ball dans la bouche à Bordeaux (attention: les images peuvent heurter la sensibilité).

    © Capture d'écran du Facebook Gilet Jaune 2018.

  • Selon le bilan de la préfecture de police de Paris à 20h30, 287 personnes ont été interpellées ce 1er décembre. 

  • D'après notre reporter sur place, des affrontements sporadiques étaient encore en cours sur les Champs-Elysées, peu après 20h30.

  • Edouard Philippe annule son déplacement à la COP24 qui se tiendra du 3 au 14 décembre en Pologne.

  • «66 000 forces de l'ordre ont été mobilisées dans tout le pays», ce 1er décembre a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner en direct sur TF1. «C'est quasiment la totalité» des capacités de mobilisation d'effectifs dont dispose le pays, a-t-il détaillé.

  • «Le ministre de l'Intérieur veut que la situation s'aggrave pour décrédibiliser le mouvement [des Gilets jaunes]», a déclaré Marine Le Pen sur BFMTV.

    Interrogée sur RT France ce 1er décembre, la présidente du Rassemblement national a dit craindre que le seul moyen de sortir de cette crise soit «la dissolution de l'Assemblée nationale».

  • En direct du G20 à Buenos Aires où il tenait une conférence de presse, le président Emmanuel Macron a évoqué les événements qui se sont produits ce 1er décembre à Paris en marge de la manifestation des Gilets jaunes. «Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ils veulent le chaos», a déclaré le président. «Ils trahissent les causes qu'ils prétendent servir. Ils seront identifiés et poursuivis», a-t-il prévenu.

  • Une partie de la grille du jardin des Tuileries a cédé sous la pression des manifestants. 

  • Un autre reporter de RT France a montré les images des dégradations aux alentours de l'Arc de Triomphe, en fin de journée. 

  • Sur place, notre reporter fait état d'un nuage impressionnant de gaz lacrymogènes. 

Découvrir plus

Que donnera cette nouvelle journée de mobilisation des Gilets jaunes ? Rien qu'à Paris, au moins 4 000 policiers seront sur le terrain pour faire face aux manifestants.

«Acte 3 Macron démissionne !» : l'événement Facebook appelant à la tenue de la manifestation parisienne sur l'avenue des Champs-Elysées ce 1er décembre a été créé dès le 24 novembre, jour de la dernière mobilisation. Organisé par un groupe nommé Les Gilets jaunes, l'événement intéresse plus de 132 000 personnes. Près de 30 000 personnes affirment par ailleurs vouloir y participer. 

Aucune déclaration n'a pour autant été déposée à la préfecture pour occuper les Champs-Elysées. Selon le ministère de l'Intérieur, une demande pour un rassemblement place de la République a été déposée, ainsi que pour un défilé de La Madeleine à la place de la République. 

La sécurisation des Champs-Elysées entrera en vigueur le 1er décembre dès 6h du matin avec des contrôles d'identité et des fouilles de sacs, selon un arrêté pris le 30 novembre par le préfet de police de Paris. La zone sécurisée va du rond-point des Champs-Elysées à la place Charles de Gaulle et englobe les 50 derniers mètres des artères menant à l'avenue des Champs-Elysées, selon l'arrêté.

Les terrasses doivent êtres fermées et vidées du mobilier «pouvant servir de projectile ou d'arme par destination». Le préfet a reçu à ce propos le 30 novembre les commerçants du secteur. Les entreprises de travaux publics doivent également retirer les engins, les palissades et les matériaux.

Lire aussi : Gilets jaunes : les appels aux agents de sécurité privés explosent pour faire face aux débordements

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»