Expulsion à venir des migrants mineurs marocains après un accord passé entre Paris et Rabat

Expulsion à venir des migrants mineurs marocains après un accord passé entre Paris et Rabat© Eric Feferberg Source: AFP
Image d'illustration. Évacuation d'un camp de migrants à Porte de la Chapelle

Les policiers marocains ont été appelés à la rescousse par les autorités françaises pour les aider à identifier et expulser les enfants des rues venus du Maroc et vivant dans les squares du quartier de la Goutte d’or à Paris.

Va-t-on enfin régler le sort de cette centaine de mineurs marocains et délinquants, installés depuis de nombreux mois dans différents squares du quartier de la Goutte d'Or, dans le XVIIIe arrondissement de Paris ? Selon les informations de L'Obs, une ébauche de solution aurait été trouvée : la venue de policiers marocains à Paris, jugés plus à même d’identifier ces adolescents victimes de filières d'immigration illégale que leurs homologues français.

En vertu d’un accord franco-marocain dénommé «arrangement administratif relatif au renforcement de la coopération policière opérationnelle», quatre agents du royaume vont donc être missionnés dans la capitale. L’objectif de ce nouvel accord, qui sera effectivement mis en place durant l’été, est la lutte contre la délinquance – 853 gardes à vue d’adolescents ont en effet été enregistrées rien qu'en 2017. Il devra aussi mettre au jour les réseaux d’immigration illégale qui acheminent ces jeunes à Paris. Les jeunes transiteraient par des filières dont les points de départ seraient les villes de Ceuta et Melilla, enclaves espagnoles au Maroc.

L’équipe de policiers marocains devra interroger les mineurs et «lancer les investigations en vue de leur identification et de leur retour au Maroc», comme stipulé dans le document. A Paris, les policiers français étaient en effet pris au dépourvu pour déterminer l’identité de ces jeunes sans attaches, sans documents et rétifs à toute aide.

Le ministère de la Justice marocain a été contacté pour garantir que les jeunes, de retour au royaume, seraient bien confiés aux services sociaux, et non aux forces de l’ordre et ne seraient pas poursuivis pour immigration illégale. Mais la mise en place de cet accord pourrait être contestée par la justice française, au nom de la protection de l’enfance. Le Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI) s’est également prononcé : «Un tel dispositif strictement policier serait totalement contraire aux droits de l’enfant.»

Les services sociaux désemparés face à des adolescents incontrôlables 

La situation de ces mineurs est rapidement devenue ingérable à Paris. Mairie, associations et riverains restent désemparés face à la présence de mineurs marocains isolés vivant de petits larcins commis parfois avec violence, de prostitution, consommateurs de stupéfiants et rétifs aux rares aides sociales proposées. Ceux qui étaient placés ont fugué ou ont dégradé les centres sociaux qui les hébergeaient. Aucune solution n’a été trouvée malgré le danger que présentent ces mineurs livrés à eux-mêmes.

La mairie de Paris avait promis en janvier dernier d'agir, notamment en débloquant 700 000 euros pour répondre à cet afflux de jeunes marocains. Or Driss El Kherchi, président de l'Association des maghrébins de France, interrogé par RT France en avril dernier, avait expliqué qu’il n’y avait «pas de réponse efficace apportée» aux problèmes de ces mineurs isolés. Selon lui, les services sociaux ne «sont pas suffisamment équipés, formés, pour répondre à des problématiques de jeunes marocains».

Lire aussi : La rétention des migrants mineurs en France a atteint des records en 2017

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter