Maryam Pougetoux s'attire des soutiens jusque sur les murs d'Idleb, en Syrie

Maryam Pougetoux s'attire des soutiens jusque sur les murs d'Idleb, en Syrie© Caputre d'écran Facebook عزيز الأسمر
Une fresque de l'artiste syrien Aziz el-Asmar sur les murs d'une ville proche d'Idlib

La responsable de l'Unef Paris IV portant le voile islamique, qui s'était retrouvée au cœur d'une polémique en France en mai, a reçu un soutien original... en Syrie. En effet, un artiste de rue l'a représentée sur un mur près d'Idleb.

Aziz el-Asmar est un artiste syrien qui réalise des peintures sur les murs détruits de la ville de Binnish, en périphérie d'Idleb, au nord-ouest de la Syrie. Loin d'être neutres, ses œuvres envoient des messages politiques clairs : hostile à Bachar el-Assad, l'artiste est également anti-Trump et pro-palestinien. Au-delà de ces prises de positions, Aziz el-Asmar s'intéresse également à ce qui se passe en France et aux débats qui agitent notre pays. C'est ainsi qu'il a manifesté sa solidarité avec Maryam Pougetoux, la responsable de l'Unef à l'université Paris IV dont le voile avait suscité une polémique en France.

Le 27 mai, Aziz el-Asmar a publié sur sa page Facebook la photo d'une peinture murale sur laquelle on peut reconnaître la jeune syndicaliste française. A gauche de l'image on peut lire en français et en arabe : «Mon voile n'est pas une décoration, mon voile est ma doctrine» et à droite, en arabe, il est écrit : «D'Idleb à Paris, les juives se voilent, les bonnes sœurs se voilent et les musulmanes ont le droit de porter le hijab».

Maryam Pougetoux, la présidente du syndicat étudiant Unef à l'université Paris-IV Sorbonne, était apparue voilée dans une interview diffusée sur M6 le 12 mai. Un entretien qui avait provoqué nombre de réactions, poussant l'Unef à défendre sa présidente.

Lire aussi : Mélenchon à propos de l'Unef : «La religion devient de plus en plus ostentatoire» (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter