Les étudiants qui bloquent les universités ? Des «punks à chiens», selon Marine Le Pen (VIDEO)

Les étudiants qui bloquent les universités ? Des «punks à chiens», selon Marine Le Pen (VIDEO)© Soe Zeya Tun
Illustration

Marine Le Pen a sa théorie sur les blocages d'universités qui se déroulent en France depuis bientôt un mois. Selon la présidente du Front national ils seraient l'oeuvre non pas d'étudiants, mais de «punks à chien».

Invitée dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV le 18 avril, la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, a estimé que les étudiants qui bloquaient les universités étaient des «milices d'extrême gauche» et des «punks à chiens».

Interrogée sur un éventuel soutien à apporter aux étudiants, Marine Le Pen s'est récriée : «Je ne vais pas soutenir les ZAD qui vont se mettre en place dans les universités !» Et la présidente frontiste de dérouler son analyse : «En réalité, il s'agit de milices d’extrême gauche que l’on connaît bien, que l’on a détectées, qui depuis cinq ans cassent tout, dégradent tout sur leur passage et on y retrouve les mêmes punks à chiens qu’à Notre-Dame-des-Landes et compagnie !»

Marine Le Pen a en outre donné un conseil au président Emmanuel Macron : «Le président de la République veut jouer les gendarmes du monde. Qu'il commence par faire déjà peut-être le gendarme des facs, de Notre-Dame-des-Landes [et] de Mayotte.»

Les occupations de plusieurs universités en France pour protester contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur ont commencé le 26 mars à la faculté de Tolbiac à Paris, le mouvement de protestation des étudiants s'y est durci avec le temps. Georges Haddad, le président de l'université Panthéon-Sorbonne dont fait partie Tolbiac, a une nouvelle fois réclamé, le 17 avril, l'intervention des forces de l'ordre sur le site, transformé selon lui en «capharnaüm» par les bloqueurs. S'inscrivant en solidarité du mouvement de blocage des universités, les étudiants-bloqueurs de SciencesPo Paris ont rejoint le mouvement de protestation le 18 avril.  

Lire aussi : Orientation des étudiants : pourquoi la loi ORE soulève-t-elle tant d'opposition ? (DECRYPTAGE)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.