La France Insoumise souhaite porter plainte pour «apologie du terrorisme» contre Stéphane Poussier

La France Insoumise souhaite porter plainte pour «apologie du terrorisme» contre Stéphane Poussier© Eric Cabanis Source: AFP
Une photographie du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, attachée sur un bouquet de fleurs devant la gendarmerie de Carcassonne, le 25 mars 2018. (image d'illustration)

Jean-Luc Mélenchon a annoncé ce 25 mars que la France Insoumise voulait porter plainte pour «apologie du terrorisme» contre l'ex-candidat aux législatives de son mouvement Stéphane Poussier. Il s'était réjouit de la mort du gendarme Arnaud Beltrame.

La France Insoumise a l'intention de porter plainte ce 26 mars pour «apologie du terrorisme» à l'encontre de son ancien candidat aux législatives Stéphane Poussier. Le leader du mouvement de gauche Jean-Luc Mélenchon l'a annoncé dans un tweet le 25 mars.

Stéphane Poussier s'était félicité sur Twitter de la mort du gendarme Arnaud Beltrame, mort en héros après avoir échangé sa place avec une otage du terroriste islamiste Redouane Lakdim à Trèbes le 23 mars.

Garde à vue prolongée pour Stéphane Poussier

L'ex-Insoumis avait été interpellé le 25 mars à son domicile de Dives-sur-Mer dans le Calvados et placé en garde à vue pour «apologie du terrorisme». Le parquet a décidé ce 26 mars de la prolonger «pour une durée maximum de 24 heures», selon le procureur de la République de Lisieux David Pamart dans un communiqué. La peine maximale encourue pour ce type de délit est de sept ans de prison et de 100 000 euros d'amende.

Stéphane Poussier avait écrit sur Twitter, dans une référence au jeune militant écologiste mort sur le site du barrage de Sivens en octobre 2014 lors d’affrontements avec les forces de l'ordre : «A chaque fois qu'un gendarme se fait buter, et c'est pas tous les jours, je pense à mon ami Rémi Fraisse, là c'est un colonel, quel pied ! Accessoirement, un électeur de Macron en moins.»

S'en était suivie une condamnation unanime des cadres et militants de la France Insoumise. De son côté, le syndicat Unité SGP Police-FO avait condamné fermement ces propos et dénoncé «une salve de tweets ignobles».

Lire aussi : Attentat de Trèbes : la compagne de l'assaillant était fichée S pour radicalisation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.