#Balancetonporc : Frédéric Beigbeder craint que la «délation numérique» ne détruise des vies

#Balancetonporc : Frédéric Beigbeder craint que la «délation numérique» ne détruise des vies© Benoit Tessier Source: Reuters
Frederic Beigbeder s'exprimant après avoir reçu le prix Renaudot, en novembre 2009, pour son ouvrage Un roman francais

Dans un entretien à Gala, le très médiatique écrivain et critique littéraire met en garde contre les effets destructeurs que pourrait avoir, selon lui, le mouvement de dénonciation en ligne des harcèlements et agressions sexuels.

Les campagnes #BalanceTonPorc et #Metoo, initiées en octobre dans le sillage de l’affaire Harvey Weinstein pour encourager les femmes à dénoncer sur les réseaux sociaux les auteurs d'agressions et de harcèlement sexuels, laissent un goût amer à Frédéric Beigbeder. Dans une interview publiée dans le magazine Elle du 29 décembre, l'écrivain, critique littéraire, réalisateur et dandy germanopratin, confie : «Si c'est pour qu'il y ait des procès, c'est bien. Il y a des lois, il faut les appliquer. Mais détruire la vie des gens par la délation numérique, je trouve cela effrayant. Il n'y a pas d'avocats, que des accusations et des types qui ne peuvent pas se défendre...» Et l'ancien directeur de la rédaction de Lui, «le magazine des hommes qui pensent à elles», d'ajouter que les puissants n'auraient rien à craindre de ces campagnes de dénonciation, prenant pour exemple les accusations d'agression et de harcèlement sexuels portées par une dizaine de femmes à l'encontre du locataire de la Maison Blanche. «Donald Trump gouverne toujours !», fait-il même valoir.

Le lauréat 2009 du prix Renaudot tient pour autant à affirmer qu'il est féministe, «même si personne ne le croit.» «Ma maman m'a appris à n'être ni un goujat, ni un malotru... Il m'est pourtant arrivé de déraper. De faire des blagues un peu sexistes, un peu lourdes. J'ai arrêté», juge-t-il bon de préciser.

#Balancetonporc : Joey Starr, Nicolas Bedos et Alain Finkielkraut sceptiques

Frédéric Beigbeder n'est en tout cas pas la seule personnalité médiatique française à avoir exprimé publiquement ses craintes quant aux dérives potentielles de l'activisme anti-harcèlement et agressions sexuelles sur Twitter ou Facebook. Entre autres exemple, le rappeur et acteur Joey Starr avait ni plus ni moins comparé le mouvement #Balancetonporc à la délation qui avait cours durant la Seconde Guerre mondiale.

L'acteur, auteur et metteur en scène Nicolas Bedos, quant à lui, avait estimé avec regret, dans une tribune publié sur le Huffington Post, que la libération de la parole des femmes sur le sujet du harcèlement et des agressions sexuelles avait viré à la guerre des sexes.

Plus singulier, le philosophe et académicien Alain Finkielkraut avait estimé que la campagne #balancetonporc avait pour objectif de «noyer le poisson de l’islam», c'est-à-dire de détourner l'attention des turpitudes de l'islam sur la condition des femmes

Lire aussi : Fréderic Haziza réintégré à LCP «à la veille des congés», le Société des journalistes furieux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.